•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des conseils pour bien savourer la dinde de l’Action de grâce

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Des conseils pour bien savourer la dinde de l’Action de grâce

Rattrapage du vendredi 9 octobre 2020
Un plat avec une dinde rôtie, des herbes fines et des fruits.

Un repas de l'Action de grâce.

Photo : La Presse canadienne / Matthew Mead

CHRONIQUE | La dinde rôtie est un mets récurrent dans bon nombre de maisonnées à l'occasion de l'Action de grâce. Au micro de Jonathan Bouchard, le chef et propriétaire du Iron Kettle Bed & Breakfast, à Comber, Benjamin Leblanc-Beaudoin partage ses conseils pour bien profiter de cette volaille.

Comment choisir sa dinde ?

Il faut chercher quelque chose qui est gérable, affirme d’emblée Benjamin Leblanc-Beaudoin. Il faut sélectionner une dinde qui correspond bien au nombre de convives. Il indique que l'offre s'est étendue au fil des ans. Il n'y pas que les dindes entières. Il y a aussi des coupes, dont les cuisses, les poitrines et les ailes qui peuvent donner des portions plus petites.

Dans les comptoirs de boucherie, on constate qu’il y de la dinde de catégorie A ou Utilité (Utility Turkey). L’appellation Utilité est liée à l’apparence et non la qualité de la viande, rassure le chef. Ainsi cette pièce de volaille peut avoir une aile manquante ou un petit trou dans la peau.

Un chef avec son tablier dans une cuisine.

Benjamin Leblanc-Beaudoin est chef cuisinier et propriétaire du gîte Iron Kettle à Comber, en Ontario.

Photo : Benjamin Leblanc-Beaudoin

La cuisson

Une dinde entière est cuite quand la température interne de la viande pointe les 82 degrés Celsius ou 180 degrés Farenheit dans la cuisse. Selon Benjamin Leblanc-Beaudoin, le meilleur gage de cuisson de la dinde est le thermomètre à viande. Il rappelle que plusieurs facteurs peuvent avoir un impact sur le temps de cuisson dont le temps, la température et le four.

Son truc pour une belle cuisson : débuter à 400 degrés Farenheit et ensuite baisser à entre 300 à 350 pour le reste.

Une étape importante et souvent oubliée

La plus grande erreur que les gens font, c’est que la dinde sort du four et immédiatement on la coupe et on la déguste, affirme le chef. Il rappelle l’importance de laisser reposer au moins 30 minutes pour qu’elle puisse conserver ses jus.

Que faire de nos restes ?

Benjamin Leblanc-Beaudoin rappelle que la dinde est une protéine polyvalente. La viande peut facilement être utilisée dans divers plats. Le chef a un coup de coeur particulier pour les pâtés à la dinde et les sandwichs. Il indique que la carcasse peut servir à faire un excellent bouillon pour des soupes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi