•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Deux compagnies à la défense de nos eaux

Rattrapage du mardi 29 septembre 2020
Le parc provincial Pancake Bay, lac Supérieur, Ontario.

Le parc provincial Pancake Bay, lac Supérieur, Ontario

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

CHRONIQUE | L'étendue du Canada rend difficile la tâche d'analyser les millions de lacs et cours d'eau de son territoire. C'est pourquoi certaines entreprises, comme Water Rangers, font appel à la population.

Grâce à la science citoyenne, l’entreprise Water Rangers peut compiler des données sur les eaux douces dans plus d’un million de lacs au Canada. La chroniqueuse Chrystelle Maechler explique que Water Rangers a rassemblé un ensemble de tests et d’analyses dans ce qui ressemble à une trousse de premiers soins. À l’aide de ces tests, offerts gratuitement, les scientifiques amateurs peuvent prendre des mesures précises de pH, de température, de conductivité et de l'oxygène dissous dans l'eau.

Les tests réalisés par Water Rangers ne remplacent pas ceux effectués en laboratoire, mais aident à déterminer si ces tests plus précis sont nécessaires, souligne Chrystelle Maechler. De cette façon, les tests de laboratoire qui permettent de détecter des éléments tels que la bactérie E. coli et de déterminer si l’eau est potable ou non seraient vraiment utilisés de manière stratégique et non systématique.

Les participants ou “rangers” obtiennent des points et des badges au fur et à mesure qu'ils s'impliquent et un système de récompenses est en train d’être développé afin de rendre l’expérience ludique et motivante, ajoute la chroniqueuse.

Des bateaux autonomes

Open Ocean Robotics contribue également à veiller à la santé océanique grâce à des bateaux sans équipage, automatisés. Les embarcations sont munies de caméras et d’une gamme de capteurs océanographiques et environnementaux.

Les bateaux d'Open Ocean Robotics fonctionnent à l'énergie solaire ou éolienne, donc ne produisent ni gaz à effet de serre ni pollution sonore et sont surtout sont sans risque de marée noire, tout à l’opposé des bateaux classiques qui peuvent produire 1000 mégatonnes d'émissions de gaz à effet de serre chaque année.

L’autre avantage, c’est que ces bateaux autonomes peuvent voyager sans interruption pendant une année entière dans différents types de climats et dans les milieux plus extrêmes tout en continuant de fournir des informations en temps réel qui peuvent protéger nos océans, signale Chrystelle Maechler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi