•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Box’d : un restaurant dans l’air du temps

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Box’d : un restaurant dans l’air du temps

Rattrapage du vendredi 19 juin 2020
Une série de casiers dans lesquels seront rangés les repas préparés par les chefs de Box'd.

Les chefs de Box'd préparent les repas qui sont ensuite rangés dans ces casiers intelligents.

Photo : Box'd

CHRONIQUE | Box'd, un restaurant automatisé, a désormais pignon sur rue dans le quartier financier de Toronto. Un concept qui tombe à point avec la pandémie et les mesures de distanciation physique. Jonathan Bouchard s'est penché sur le phénomène.

Développé bien avant la pandémie par Mohamad Fakih le fondateur de la chaîne de restaurants Paramount Fine Foods, Box’d est un restaurant qui ne compte aucun personnel de service. Concrètement, le client commande ses plats à l’aide d’une application ou à une borne électronique dans l’établissement pour ensuite aller chercher son repas soigneusement rangé dans un casier intelligent.

S’il n’y a pas de personnel de service, on retrouve cependant plusieurs chefs à l’oeuvre dans la cuisine pour préparer salades, sandwichs, roulés et grillades. La particularité est que chaque chef s’occupe d’une seule commande, limitant ainsi les contacts.

Deux assiettes de repas pour emporter de Box'd

Box'd propose des repas pour emporter préparés par des chefs.

Photo : Box'd

Le chef torontois Tomer Markovitz a participé à l’élaboration du menu. Il affirme que l’approche est complètement dans l’air du temps.

On garde le tout sans contact. Tous les chefs portent un filet, un masque, des gants. Chaque petit casier et son clavier numérique sont nettoyés après le passage de chaque client.

Tomer Markovitz, chef qui a élaboré le menu de Box'd

Vers une plus grande automatisation

Le professeur en distribution et politique agroalimentaire à l'Université de Dalhousie Sylvain Charlebois croit que cette approche pourrait inciter les consommateurs à se tourner à nouveau vers les restaurants. Un modèle comme ça pourrait rassurer certaines personnes qui sont anxieuses par rapport à la COVID-19, croit-il.

Sylvain Charlebois croit que le concept de Box’d peut facilement être repris par d’autres restaurateurs. Selon lui, la pandémie ouvre la porte à une plus grande automatisation du milieu de la restauration et de l’alimentation.

Ce changement met de l’avant des enjeux économiques et sociaux. Pour les gens qui voient en la machine une menace pour les emplois des humains, ça peut être un problème. C’est un débat de société, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi