•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bonheur des collectionneurs

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Le bonheur des collectionneurs

Rattrapage du jeudi 21 mai 2020
Une série de poupées Barbie couchées l'une sur l'autre

La poupée iconique Barbie conçue par l’entreprise américaine Mattel

Photo : Getty Images / ivanastar

CHRONIQUE | Êtes-vous philatélistes (collectionneurs de timbres), numismates (collectionneurs de monnaie) ou peut-être même copocléphiles (collectionneurs de porte-clés) ? Sonia D'Amico confesse son besoin de collectionner. Il s'agit d'une passion qui a pris de l'ampleur depuis la période de confinement.

Par le passé, la chroniqueuse a collectionné les peluches et ses diplômes avec toutes des bonnes notes. Elle a aussi déjà entretenu une passion pour les magazines et les vêtements. De nos jours, elle admet que l’objet de sa passion est plutôt la poupée Barbie de collection.

Pour Sonia D’Amico, le bonheur se trouve dans la quête ! “Quel frisson”, dit-elle, que de trouver un objet de collection convoité qui fait notre bonheur, que de faire une enchère sur un article convoité sur Ebay, le coeur battant alors que l’on croit avoir une chance de remporter la mise.

Elle y trouve un grand plaisir aussi de recevoir le colis tant attendu, de le déballer, puis de trouver le parfait endroit dans notre espace où le faire trôner; de le revisiter et contempler la collection, le butin.

Tous les timbres de M. Brébant sont soigneusement disposés dans des albums fabriqués spécifiquement pour les philatélistes.

Tous les timbres de M. Brébant sont soigneusement disposés dans des albums fabriqués spécifiquement pour les philatélistes.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Mais qu’est-ce qui nous pousse à collectionner des items ?

L’action de collectionner de menus objets permet-il de revivre des moments heureux? À remplir un vide dans nos vies?

Certains voient leur collection comme l’objectif d’une vie. Une façon de vivre une chasse au trésor qui a le potentiel de ne jamais se terminer et, qui parfois, permet aux survivants d’hériter d’une collection qui vaut une fortune. C’est parfois une façon de racheter notre jeunesse, une permanence liée à l’objet immortel, une présence qui occupe l’espace abandonné.

Un billet de 25 cents unilingue, daté de 1870

Un billet de 25 cents unilingue, daté de 1870

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Les objets de prédilection peuvent varier. Pour certains, ce sont les livres, d’autres préfèrent les tableaux, les voitures anciennes ou encore les chaussures. L’important, c’est que votre collection vous fasse du bien et ne gruge pas toutes vos finances !

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi