•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Où vont les oeuvres d’art une fois qu’elles sont vendues ?

Y a pas deux matins pareils

Avec Marjorie April

En semaine de 6 h à 9 h

Où vont les oeuvres d’art une fois qu’elles sont vendues ?

Rattrapage du jeudi 21 novembre 2019
Une oeuvre de l'artiste Pablo Picasso encadrée sur un mur blanc.

L'oeuvre «Femme au chapeau» de Pablo Picasso.

Photo : Radio-Canada

Le tableau du peintre espagnol Pablo Picasso Femme au chapeau mis aux enchères mercredi à Toronto a été vendu pour plus de 9 millions de dollars. Il s'agit de la somme la plus élevée jamais obtenue au Canada pour l'oeuvre d'un artiste étranger.

Plus de 350 oeuvres avaient le potentiel d’être échangées lors de trois jours d’enchères à Toronto.

Maintenant, ces oeuvres sont-elles devenues inaccessibles au public?

Il arrive que certaines oeuvres se retrouvent sur des murs de collectionneurs privés ou même dans des coffres-forts, mais une grande partie des oeuvres échangées se retrouvent souvent dans des musées.

Un collectionneur peut choisir de prêter ou faire don de ses pièces d'art puisque de généreux incitatifs financiers encouragent cette pratique.

Des grandes entreprises dans le quartier financier de Toronto, par exemple, choisissent d'exposer leurs toiles dans des galeries accessibles au public.

Valeur patrimoniale des oeuvres canadiennes


Plusieurs oeuvres sont classées comme faisant partie du patrimoine culturel canadien. Si un propriétaire désire exporter une oeuvre considérée patrimoniale, il devra avoir l'aval de la Commission canadienne d'examen des exportations de biens culturels (CCEEBC). Il en va de même pour certaines oeuvres mises aux enchères. Les oeuvres déclarées patrimoniales doivent rester au pays.

La CCEEBC doit approuver toute exportation d'un bien important. La commission peut donc s'opposer à l'exportation d'une oeuvre et ensuite faire un appel d'intérêt aux musées canadiens pour que l'un d’eux puisse égaler l'offre. De cette façon, l'oeuvre ne quitte pas le territoire canadien.

Un tableau est décroché du mur par deux vendeurs d'arts afin d'être présentée lors de la vente aux enchères.

Le tableau « Mountain Forms » du peintre ontarien Lawren Harris lors de son installation pour la vente aux enchères Heffel, à Toronto, en 2016.

Photo : Radio-Canada / Deana Sumanac

Départ pour l’étranger


Il arrive aussi que certaines oeuvres quittent le pays. Elles sont alors moins accessibles au public canadien. Ce n'est toutefois pas nécessairement une mauvaise chose, comme l'explique l’historienne de l'art, Ninon Gauthier.

On ne peut pas tout conserver. Il est important que des oeuvres soient vues à l'étranger et appartiennent à d'autres pays qui les fassent rayonner, mais il faut garder un équilibre.

Ninon Gauthier, historienne de l'art

Ninon Gauthier croit qu’il est important de faire circuler les oeuvres des artistes canadiens, comme on le fait pour la chanson ou comme ou pour la littérature.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi