Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du vendredi 20 septembre 2019

Alegría - In A New Light du Cirque du Soleil : un sans-faute

Publié le

Trois acrobates costumés se tiennent en équilibre sur une pôle tenue par d'autres artistes du Cirque du soleil, pendant que d'autres personnages costumés les observent sur la scène.
La chute d'une artiste lors du numéro d'acro pôles a provoqué une interruption du spectacle dans les premières minutes de la première, jeudi soir.   Photo : Marie-Andree Lemire / Costumes Dominique Lemieux / Cirque du Soleil 2019

Le Cirque du Soleil est de retour à Toronto pour présenter une nouvelle mouture de son spectacle emblématique Alegría sous le grand chapiteau à la Place de l'Ontario.

Tout en gardant l’essence même la version originale, Alegría - In A New Light pousse encore plus loin l’enchantement. La version renouvelée met de l’avant des acrobaties plus grandioses, des costumes et une musique remis au goût du jour.

Dès le numéro d'ouverture d'acro pôles le public est conquis dès les premières pirouettes

Sur fond de trame narrative libre d’interprétation, les jeunes et fougueux « bronx » affrontent les « anges » qui, eux, protègent le monde d’Alegría alors que le fou du roi souhaite succéder au roi lui-même.

Fidèle à ses habitudes, le Cirque du Soleil propose des numéros clownesques qui réussissent à merveille à distraire notre attention lors des transitions entre les numéros acrobatiques.

Les deux personnages se serrent dans leurs bras.
Pablo Bermejo Media et Pablo Gomis Lopez incarnent les Grand clown et Petit clown.   Photo : Marie-Andree Lemire / Costumes Dominique Lemieux / Cirque du Soleil 2019

Si Alegría - In A New Light se distingue de la création de 1994, certains des membres de l’équipe d’origine sont à nouveau sur scène. C’est le cas de l'artiste de feu hawaïen Lisiate « Oné » Tovo qui est de retour au sein de la troupe. L’artiste Elena Lev, qui avait 11 ans lors de ses premières prestations avec le Cirque en 1994, impressionne en faisant tournoyer les cerceaux .

Un homme jongle avec une torche enflammée aux deux extrémités, alors que deux autres, de dos, tiennent aussi une torche à bout de bras. En arrière-plan, une femme joue de la batterie.
La prestation du cracheur de feu Lisiate Tovo, tout sourire, a assurément su réchauffer la foule.   Photo : Marie-Andrée Lemire / Costumes Dominique Lemieux / Cirque du Soleil 2019

La musique interprétée en direct sur scène enveloppe parfaitement l’univers fantastique d’Alegría. Bien que réarrangée avec une touche électronique, on reconnaît tout de suite les premières notes

Rêve d’enfance

Parmi les artistes acrobates de la version 2019, on peut apprécier les prouesses de Catherine Audy aux sangles aériennes. De son propre aveu, elle connaissait le DVD du spectacle par coeur, puisqu’elle le regardait avant ses entraînements lorsqu’elle était à l’école de cirque.

Pour moi, c’est vraiment un rêve devenu réalité d’être sur “LE” spectacle emblématique du Cirque du Soleil.

Catherine Audy

Avec son partenaire Alexis Trudel, le duo émerveille le public dans un numéro d’une grande volupté. Ce moment où, pour la première fois dans le spectacle, un bronx rencontre un ange transpire la sensualité.

Tout le monde croit qu’on est un couple! Les gens tombent dans le jeu. Malheureusement, pour ceux qui le souhaiteraient, nous ne sommes que de très bons acteurs !

Catherine Audy
Deux acrobates de la nouvelle mouture d'Alegria, du Cirque du Soleil, s'exécutent.
Deux acrobates de la nouvelle mouture d'Alegria, du Cirque du Soleil. Photo : Radio-Canada/Sébastien Huot

Un numéro si fluide où Catherine Audy virevolte dans les airs exige évidemment une grande complicité, mais aussi - et surtout - une forme physique et mentale totale afin d’éviter tout accident.

Ma seule sécurité ce sont les sangles ou ses mains à lui. Si certaines journées on n’est pas là à 100%, on ne fait pas le numéro, explique-t-elle.

Une grande détermination

Les acrobates répètent qu’ils ont dû faire preuve d’une grande discipline et d’une grande ténacité pour entrer dans l’univers sélectif du Cirque du Soleil.

Pour l’artiste acrobate Jonathan Morin, cette détermination l’a mené à la création son propre appareil qui n'avait jamais été vu dans l'industrie; la roue croisée.

Un homme se tenant debout à l'intérieur d'anneaux
Jonathan Morin lors de son numéro de la roue croisée, appareil qu'il a conçu lui-même.   Photo : Marie-Andrée Lemire / Costumes Dominique Lemieux / Cirque du Soleil 2019

Si le tout semble bien simple au premier abord, il aura fallu près d’une dizaine d’années à Jonathan Morin pour réaliser le défi qu’il s’était donné, accompagné de critères très précis.

Je voulais un appareil qui demeure simple, qui vive de lui-même, qui soit au sol, et qui soit clément pour le corps pour pouvoir “étirer” ma carrière.

Jonathan Morin

14 prototypes plus tard et après un investissement financier important, Jonathan Morin présente maintenant des acrobaties qui n’avaient jamais été vues auparavant.

Malgré de nombreux doutes et plusieurs nuits blanches, l’acrobate est fier d’avoir persévéré.

C’est comme une leçon à appliquer dans d’autres sphères de ma vie. Quand tu as vraiment le sentiment que tu peux accomplir quelque chose, il faut continuer, croit-il

Alegría - In A New Light est présenté sous le grand chapiteau à la Place de l'Ontario jusqu'au 24 novembre.

Chargement en cours