Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du mardi 30 juillet 2019

Appuyer les sans-abri grâce à une application mobile

Publié le

Logo de la compagnie Ample Labs qui a produit l'applicaiton Chalmers Bot.
L'application Chalmers Bot offre de l'information en temps réel aux personnes vivant dans l'itinérance.   Photo : Twitter Ample Labs

CHRONIQUE | Peu associent des solutions technologiques et les problèmes d'itinérance. Or, c'est ce que propose Ample Labs avec leur application Chalmers Bot. Chrytelle Maechler explique.

Cette application est un robot conversationnel qui offre aux sans-abri des informations en temps réel sur les centres d'hébergement disponibles, les banques de vêtements, les centres d'accueil et les lieux offrant des repas gratuits en ville.

Pour réaliser cette application, Ample Labs a passé une année complète à visiter des refuges et énumérer les besoins des usagers.

Ils ont conçu le produit conjointement avec des personnes ayant connu l'itinérance ici même à Toronto. C’est ainsi qu’ils ont appris que les utilisateurs ne voulaient pas simplement aller sur Google, mais qu’ils souhaitaient poser des questions.

Les recherches d’Ample Labs révèlent qu’il y aurait jusqu’à 50 000 personnes au pays qui vivraient une situation « d’itinérance invisible ». Ce sont des personnes qui ne vivent pas dans la rue, mais n’ont plus de domicile.

Il s’agit de personnes qui ont été expulsées, qui vont d’un lieu à l’autre, qui séjournent chez des parents ou des amis pour les dépanner ou bien qui dorment dans leur voiture.

Un itinérant est assis au milieu d'un campement qui a été démoli près d'une voie ferrée à Moncton.
L'itinérance est un véritable problème à Toronto, où les loyers sont de plus en plus chers. Photo : Radio-Canada

À Toronto, près de 7  % de ces personnes vivant en « itinérance invisible » ont accès à un téléphone intelligent. La chroniqueuse affirme que cette statistique est très révélatrice, car cela signifie qu’il existe donc un moyen direct de les soutenir.

Une initiative semblable a aussi vu le jour à Vancouver. Le projet Street Messenger fonctionne par le biais de textos. Les usagers inscrits au service reçoivent des informations et des mises à jour en temps réel sur les possibilités d'hébergement et les programmes sociaux.

Qu'est-ce que la résilience urbaine ?

Le concept de résilience urbaine s’étend à toutes les sphères de la vie en ville. On parle de résilience urbaine lorsque les villes ont développé la capacité d’anticiper et de faire face à tout type de crise dans des domaines variés, dont la gestion d’intempéries, le logement abordable ou tout type de problèmes sociaux, économiques ou environnementaux.

Chargement en cours