•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivement le retour

Avec Mathieu Beaumont

En semaine de 15 h à 18 h

52 millions de dollars pour les infrastructures de Magog

Rattrapage du mercredi 21 octobre 2020
Des gens marchent sur un trottoir en pavé uni

Des piétons déambulent sur les nouveaux trottoirs au centre-ville de Magog

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Un peu plus de 52 millions de dollars seront investis dans les infrastructures de Magog au cours des trois prochaines années.

Les élus ont adopté le nouveau programme triennal d’immobilisations 2021-2023. La Ville prévoit des investissements notamment 23 millions pour les rues et les infrastructures souterraines et de surface.

C’est pas mal la même cadence que les dernières années, ça tourne autour de 16 à 20 millions de dollars par année, explique la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm. Sauf que ce qu’on fait particulièrement cette fois-ci, c’est qu’on augmente encore les montants pour nos rues, parce qu’on a du retour dans l’entretien de nos rues. Et le gros projet majeur, c’est l’usine d’épuration du secteur d’Omerville, qui va coûter plusieurs millions.

Environ 40 % du budget de réfection des rues sera attribué au secteur urbain, et la balance au milieu rural.

Pendant plusieurs personnes, les villes mettaient une couche d’asphalte et ne réparaient pas le souterrain. Là, on se rend compte qu’on doit refaire les fondations, l’aqueduc, les égouts, s’assurer qu’il n’y a pas de fuite dans le réseau. Et cela, ça coûte très cher.

Vicki-May Hamm, mairesse de Magog

Quant au projet de l’usine d’épuration d’eau d’Omerville, la Ville se lance dans une démarche assez unique, selon la mairesse. Au lieu de rénover l’usine, elle sera complètement fermée. Vicky-May Hamm explique que l’infrastructure actuelle est près des secteurs résidentiels, et cause des problèmes d’odeur importants. Les solutions pour tempérer le problème ne sont plus suffisantes, l'usine est déjà à pleine capacité et la réfection coûterait trop cher, selon elle.

Ça va nous permettre de développer le secteur d’Omerville, qui est très prisé par les jeunes familles, ajoute-t-elle.

Autre projet à l'ordre du jour : la réfection de l'aréna. La Ville espère toujours qu’un deuxième aréna verra le jour dans le secteur. La décision devrait être prise en novembre, une fois que les subventions gouvernementales seront connues . Toutefois, si le projet ne va pas de l’avant, Magog devra procéder à une réfection importante de son aréna actuel, qui ne répond plus aux normes du bâtiment. Un projet, explique la mairesse, qui devrait s'élever dans les 7 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !