•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'attrait du ramassage en bordure de rue pour les commerces.

Vivement le retour

Avec Mathieu Beaumont

En semaine de 15 h à 18 h

L'attrait du ramassage en bordure de rue pour les commerces.

Rattrapage du mardi 12 janvier 2021
Des Sherbrookois attendent devant un magasin.

Le centre-ville de Sherbrooke demeure bien achalandé avant la fermeture des commerces non-essentiels le 25 décembre.

Photo : Radio-Canada / Pierrick Pichette

Mesures sanitaires obligent, les commerçants ont dû se réorganiser pour recommencer à faire des affaires. Ils sont de plus en plus nombreux à vendre leurs biens en ligne, et un grand nombre d'entre eux offrent également un service de ramassage en bordure de rue. Une expérience qui se révèle concluante, selon les commerçants.

Le ramassage en bordure de rue a contribué à l’achat local de façon importante. Les petits détaillants ont du mal à concurrencer les géants du web, comme Amazon, notamment en matière de rapidité et de coûts de la livraison. Or, la possibilité de simplement donner rendez-vous à leurs clients, devant leur boutique, leur permet de mettre à profit leur avantage principal : leur proximité. Le directeur général de Commerce Sherbrooke, Charles-Olivier Mercier, souligne que cette approche a l'avantage de permettre aux clients d'acquérir leurs biens plus rapidement que par la livraison à domicile. C'est un des avantages de la collecte en magasin. Le jour même, les clients ont accès aux biens qu'ils ont achetés, explique-t-il.

Michel Poisson, propriétaire des magasins MOMO sports de Sherbrooke et Granby, a aussi constaté cet engouement. On ne s'attendait pas à ce qu'autant de gens viennent aussi rapidement!

Même son de cloche du côté du Conseil québécois du commerce de détail. Selon Stéphane Drouin, directeur général du Conseil québécois du commerce de détail, le ramassage a pour avantage d’éliminer les frais de livraison. Pour les petits commerçants, les frais de livraison grugeaient la marge de profit, explique-t-il.

S'il ne permet pas de revenir complètement à un chiffre d’affaires normal, le ramassage permet toutefois aux commerçants de poursuivre leurs activités commerciales, et surtout, de garder à l'emploi une partie de leurs travailleurs. Michel Poisson soutient d'ailleurs que celui lui permet de rappeler des employés au travail, chaque semaine.

Une pandémie lucrative

Certains petits commerces de proximité ont même profité de la pandémie.

C'est le cas de la boutique de jeux Griffon, située au centre-ville de Sherbrooke. Les jeux de société ont la cote depuis le début de la pandémie, et le commerce fait des affaires d'or. Le plus populaire? Pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !