Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Pénélope McQuade
Audio fil du vendredi 28 décembre 2018

Jay du Temple, en mission contre les préjugés et la « mauvaise critique »

Publié le

Jay Du Temple écoutant attentivement dans un studio de radio.
L'animateur et humoriste Jay Du Temple.   Photo : Radio-Canada / Thomas Lafontaine

Il y a deux ans, craignant pour sa crédibilité, Jay du Temple hésitait à prendre la barre de l'émission OD. Aujourd'hui, après une deuxième saison pleine de rebondissements sur les ondes de V, l'animateur louange le courage des candidats. « Cessons de les juger; ils ont plus de diplômes que moi! », mentionne-t-il. La discussion bifurque ensuite vers les durs propos qu'il a eus cette année à l'encontre des critiques d'humour.

« Je reçois beaucoup de commentaires de gens qui me disent avoir changé d’idée au sujet d’OD, dit l’animateur. Ils me disent qu’ils sont habituellement du genre à snober ce genre d’émission, mais qu’ils y restent accrochés malgré tout, parce que c’est de la bonne télé. On finit tous par se laisser prendre au jeu. »

Lui-même a toujours affirmé se sentir loin des valeurs véhiculées par cette téléréalité, à tout le moins celles de l’ancienne version diffusée sur les ondes de TVA. « OD a changé, affirme-t-il. Les candidats ont plus de diplômes que moi et ils s’expriment très bien. Je les trouve admirables, en 2018, de s’exposer 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. »

Les téléspectateurs sont très critiques et ont beaucoup de préjugés, mais ils oublient le courage dont ces candidats doivent faire preuve. »

Jay du Temple

Celui qui a été victime de préjugés pendant son adolescence parce qu’il souffrait d’eczéma a aujourd’hui en horreur tous ceux qui posent des jugements rapides et incendiaires sur tout et sur rien.

Pas besoin de la critique

Plus tôt cette année, Jay du Temple a refusé d’organiser une première médiatique et de convier les critiques à son spectacle solo intitulé Bien faire. Nul besoin de leur appui, a-t-il affirmé en entrevue, se montrant sévère à leur égard et remettant en question les compétences de certains d’entre eux.

« Il y a de bons critiques, dit-il à Pénélope McQuade, mais il y en aussi de mauvais. Je sens que, parfois, la critique a des exigences déconnectées de la réalité. Elle voudrait que le spectacle s’adresse toujours à tout le monde à la fois, que le spectacle remplisse toutes les attentes. En tant que producteur, je m’intéresse surtout à la critique en tant qu’organe de promotion des spectacles, et en ce moment, alors que je suis surexposé médiatiquement, je n’en ai pas vraiment besoin. »

Peu importe ce qu’en pense la journaliste Nathalie Petrowski, qui a critiqué sa position sur nos ondes plus tôt cette semaine, Jay du Temple persiste et signe!

Chargement en cours