Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Tricotées serrées
Audio fil du dimanche 22 juillet 2018

Alexandra Szacka, Agnès Gruda et Joanna Gruda : trois sœurs, sans le « demi »

Publié le

Les trois soeurs sont assises, enlignées à une table à manger, chacune avec un couvert et un verre de vin ou d'eau devant elles.
Joanna Gruda, Agnès Gruda et Alexandra Szacka lors de l'enregistrement de l'émission de télévision Des kiwis et des hommes il y a quelques années.   Photo : Radio-Canada

Elles n'ont pas toutes les trois le même père, mais elles ont été élevées dans la même famille. Enfants de survivants des persécutions nazies, l'auteure et traductrice Joanna Gruda et les journalistes Agnès Gruda et Alexandra Szacka ne se sont jamais considérées autrement que comme des sœurs.

On ne se réfère pas à nous comme des "demi-sœurs" parce qu’on a toujours été élevées dans la même unité familiale.

Alexandra Szacka, journaliste à Radio-Canada

Journaliste au quotidien La Presse, Agnès Gruda rappelle que la question ne s’est jamais posée pour elle. Alexandra, née d’un autre père quelques années avant le mariage de ses parents, n’a jamais été autre chose que sa sœur. Enfant, elle voyait d’ailleurs la présence du père d’Alexandra comme un avantage, puisque cela lui donnait droit à un « papa numéro deux » et à une troisième grand-mère.

Après une partie de leur enfance en Pologne et en France, leur famille a déménagé au Québec, plus précisément à Trois-Rivières-Ouest.

Je pense qu’une des raisons pour laquelle on ne la fait pas, cette différence de demi-sœur, c’est que nos parents ont fait très attention.

Agnès Gruda, journaliste à « La Presse »
Les journalistes Alexandra Szacka et Agnès Gruda
Les journalistes Alexandra Szacka et Agnès Gruda lors d'un entretien pour l'émission « Médium large » en 2016 Photo : Radio-Canada/Mathieu Arsenault

Elle rappelle la fois, lorsqu’elle était très jeune, où son grand-père paternel était venu à la maison avec des cadeaux seulement pour elle. Ce jour-là, le père d’Agnès aurait posé un ultimatum à son propre père, le grand-père d’Agnès : s’il vient avec des cadeaux, il doit y en avoir pour tous les enfants.

C’était la dernière fois où la question a été soulevée en famille.

Chargement en cours