Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Janic Godin
Audio fil du samedi 14 avril 2018

Le phénomène entrepreneurial « pop-up » de plus en plus populaire

Publié le

Trois femmes et un homme tenant trois toiles tout en souriant dans le studio F de Radio-Canada Acadie
Les artistes visuels Mélanie Belliveau, Ginette Melanson et Renée Michèle Casey en compagnie de l'animateur de Tout un samedi, Janic Godin   Photo : Radio-Canada

De plus en plus de boutiques dites « éphémères » font leur apparition en Atlantique. Des artisans locaux aux multinationales, plusieurs trouvent leur compte dans cette formule nouveau genre, dont les artistes Renée Michèle Casey, Laraine Arsenault, Eddy Arsenault, Melanie Belliveau, Ginette Melanson et Mario Cyr, qui uniront leurs talents dans le cadre d'une galerie éphémère au Club de golf Fox Creek à Dieppe le 27 avril.

Selon Francine Rodier, professeure au département de marketing de l'Université du Québec à Montréal, les boutiques éphémères ont la cote en 2018, pour plusieurs raisons.

Certains commerces n’ont pas les moyens d’avoir pignon sur rue de façon permanente dans les grandes surfaces, explique-t-elle. D’autres cherchent simplement à appuyer de façon ponctuelle leurs ventes en ligne. Parfois, une notoriété s’établit pour le commerçant dans ce concept.

Créer un effet de surprise et se faire voir dans un lieu nouveau crée un engouement chez le consommateur, poursuit Mme Rodier. Le concept aide aussi le commerçant à être là où se trouvent des clients potentiels.

Dans le cas d’artistes, la spécialiste explique que lorsqu'ils se regroupent dans des collectifs pour des galeries éphémères, cela aide à donner assez de valeur à l'événement pour que plus de gens se déplacent pour y assister.

Je vous dirais qu’au niveau de l’art visuel [...] il faut avoir un certain nombre de concurrents ou de collaborateurs pour avoir une crédibilité au niveau de la clientèle, au niveau des intéressés, pour que ça vaille la peine de se déplacer.

Francine Rodier, professeure au département de marketing de l'Université du Québec à Montréal

Selon Renée Michèle Casey, Ginette Melanson et Melanie Belliveau, qui mettront leurs oeuvres en vente lors de l'événement de Fox Creek, l’union d'artistes pour une galerie éphémère leur permet de rencontrer beaucoup de clients potentiels sans rompre les cordons de la bourse.

Chargement en cours