Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Janic Godin
Audio fil du samedi 17 mars 2018

Les maladies cardiaques tout aussi menaçantes pour la femme

Publié le

Une femme souffrant d'une crise cardiaque
Une femme souffrant d'une crise cardiaque   Photo : Radio-Canada / Julien Lamoureux

Même si les maladies du coeur sont souvent associées aux hommes, elles sont aussi une grande cause de décès chez les femmes. Les femmes vont moins reconnaître les signes de la maladie chez elles et vont moins chercher un diagnostic médical.

Les risques de maladie cardiaque varient beaucoup chez les femmes et les hommes avec l’âge, explique la Dre Jalila Jbilou, enseignante au centre de formation médicale et à l'école de psychologie de l'Université de Moncton.

« Les hommes sont deux fois plus à risque que les femmes d’avoir une maladie cardiaque, mais cet écart avec l’âge va diminuer jusqu’à presque s’annuler, et les femmes deviennent même plus à risque. On parle là des femmes de 85 ans et plus », affirme la Dre Jbilou.

En cas de maladie cardiaque, les femmes sont plus à risque d’en mourir que les hommes. Les signes qui mènent au diagnostic de crise cardiaque sont moins évidents chez les femmes. La douleur thoracique, par exemple, se manifeste moins chez les femmes dans certains cas. Elles reçoivent moins souvent ce diagnostic, explique la Dre Jbilou.

« Ou alors elles vont tolérer la douleur beaucoup plus longtemps que les hommes et elles vont arriver à l’urgence beaucoup plus tard. Donc, on aura beaucoup plus de mal à mettre en place un traitement rapidement et à les sauver. Du coup, elles décèdent plus que les hommes », souligne-t-elle.

« Il y a des facteurs de risque qui font qu’elles sont plus vulnérables face à la maladie cardiaque, comparativement aux hommes », ajoute la Dre Jbilou.

Le diabète et l’obésité, notamment, sont des facteurs de risque plus répandus chez elles que chez les hommes.

Par contre, la dépression, un autre facteur de risque, est plus diagnostiquée chez les femmes que les hommes. « Les hommes, on ne va pas diagnostiquer la dépression, et cette dépression va aggraver la maladie cardiaque », indique Jalila Jbilou.

Chargement en cours