Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Janic Godin
Audio fil du samedi 13 juillet 2019

Le pissenlit : un délice à découvrir

Publié le

Des pissenlits sous un ciel bleu.
Des pissenlits   Photo : iStock

Le pissenlit est méprisé par plusieurs, voire même détesté, mais saviez-vous qu'il est prisé par certains pour la préparation de recettes?

Emmanuel Charretier est chef instructeur à l’école d’art culinaire au New Brunswick Community College (NBCC) de Moncton et est un grand amateur du pissenlit.

Beaucoup de personnes trouvent que cette plante-là est plutôt une peste alors que moi, je la trouve plutôt belle, explique-t-il. C’est aussi la première fleur du printemps, donc ça donne aussi à manger aux abeilles. Donc, c’est important de la laisser.

Il explique que si le pissenlit était une plante rare, il serait en grande demande.

Si elle était rare, elle serait dans une demande incroyable. De par son côté médicinal, mais aussi de son côté gustatif et son côté pollinisateur, c’est vraiment une super plante

Emmanuel Charretier, chef instructeur à l’école d’art culinaire au NBCC

Le pissenlit en cuisine

Le chef instructeur du NBCC ajoute qu’il utilise les premières feuilles pour la préparation de salades. Avant l’apparition de la fleur, ces premières feuilles ont un goût moins amer.

Il est aussi possible de manger la fleur de pissenlit. Les fleurs aussi sont très bonnes à manger. Le goût est plutôt doux-amer. Ce qui est intéressant, c’est de les mélanger dans les salades. Mais il faut ajouter un peu de viande aussi, comme du bacon. Ça va balancer un peu la salade, couper un petit peu l’amertume, raconte Emmanuel Charretier.

En y mélangeant du citron, de l’orange, du sucre et des raisins, il est également possible de faire un très bon vin aux pissenlits, selon lui.

D’après le reportage d’Emmanuelle Robinson

Chargement en cours