Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Janic Godin
Audio fil du samedi 20 avril 2019

Chéticamp  :  terre d'accueil pour une famille syrienne

Publié le

Rahmeh Alnassan lors de la préparation d'un souper bénéfice pour aider la venue de sa famille à Chéticamp.
Rahmeh Alnassan lors de la préparation d'un souper bénéfice pour aider la venue de sa famille à Chéticamp.   Photo : Radio-Canada / Facebook / Lifeline 224

Après l'arrivée de Mahmood Alnassan, sa conjointe Rahmeh et leurs trois enfants, deux autres familles syriennes s'établiront à Chéticamp, en Nouvelle-Écosse. La communauté est prête à les accueillir à bras ouverts grâce au soutien de l'organisme Lifeline 224.

Les Alnassan sont arrivés dans la région de Chéticamp au Cap-Breton en tant que réfugiés syriens il y a trois ans. Ils sont aujourd'hui des résidents de cette région acadienne.

Le frère et le cousin de Mahmood Alnassan viendront le rejoindre sous peu. Les deux familles qu’on va accueillir, c’est le frère de Rahmeh, et le cousin de Mahmood, indique une membre de Lifeline 224, Annette LeLièvre. L’organisme Lifeline 224, basé au Cap-Breton, aide les réfugiés syriens à s’établir au pays.

On est tellement heureux d’accueillir leur famille et qu’ils aient quelques proches avec eux.

Annette LeLièvre

Ils ont déjà passé leur première entrevue et leur arrivée est prévue d’ici six à neuf mois. « On a très hâte. »

Pour faire en sorte que les soeurs, frères, cousins, cousines puissent venir s'établir à leur tour à Chéticamp, la collectivité appui Mamoud et Rahmeh en organisant par exemple, des soupers bénéfices pour faciliter leur venue et leur accueil dans la région.

On est très proches de Mahmood et Rahmeh, ils sont devenus des amis, explique Mme Lelièvre. C’est pas juste prendre part au comité, c’est vraiment des amis donc on veut tout faire pour leur bien. On a même des entreprises qui ont peut-être des emplois en vue pour les membres de leur famille donc c’est magnifique que la communauté nous appuie.

Michel Wiliatte Battet, lui aussi membre de Lifeline 224, a participé à l’accueil des Alnassan. C’était surprenant, je n’étais pas sûr au début s’ils allaient rester, la communauté, ils ont accueilli chaleureusement et c’était impressionnant de voir la communauté, comment ils ont pris les Syriens.

Quand la guerre civile se passait en Syrie, ça m’a fait beaucoup de peine voir des gens souffrir là et je voulais aider d’une manière ou d’une autre et puis j’ai entendu qu’une famille s’en venait à Chéticamp et je me suis embarqué.

À Holm en Syrie, Mahmood vivait dans le même bloc que son père et son frère. La famille était tissée serrée.

Ça va être spécial, croit Michel Wiliatte Battet. Dans leur pays ils sont habitués de voir des gens, très “social”, rester en famille et ils n’ont pas vraiment ça ici, ils ont beaucoup d’amis, mais ce n’est jamais pareil.

Chargement en cours