•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccin contre la COVID-19 : jusqu’à six semaines pour administrer la seconde dose

Tout un matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Vaccin contre la COVID-19 : jusqu’à six semaines pour administrer la seconde dose

La femme reçoit le vaccin sur le bras.

Une travailleuse de la santé reçoit le vaccin de Pfizer-BioNTech à Rome, le 28 décembre.

Photo : afp via getty images / Filippo Monteforte

Le plus grand nombre possible de patients à risque doit être vite vacciné, croit la Dre Caroline Quach. C'est pour cette raison que le comité fédéral qu'elle préside suggère de prolonger la période entre deux doses prescrites par les compagnies pharmaceutiques. Celle-ci pourrait aller jusqu'à six semaines, plutôt que trois.

Les membres du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) croient qu’il faut agir promptement en raison de la pénurie de vaccins au pays, mais aussi parce que la transmission du virus est particulièrement forte en ce moment.

« Après la première dose, on obtient déjà un taux d’efficacité du vaccin de 92 % », selon l’épidémiologiste rattachée au CHU Sainte-Justine, qui rappelle que la première dose est utile pour une protection immédiate, tandis que la seconde permet une protection sur la durée.

La Dre Quach souligne aussi que le protocole de trois à quatre semaines suggéré par les compagnies Pfizer-BioNTech et Moderna serait respecté si les conditions idéales pour le faire étaient en place en ce moment au pays.

Elle n’écarte pas l’idée de proposer des ajustements à cette période entre deux doses selon, notamment, la disponibilité du vaccin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi