•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Retard dans les chirurgies : des patients « désespérés »

Un homme peine à entrer dans sa voiture.

Les retards dans les chirurgies en raison de la COVID-19 minent le quotidien des patients, qui voient leur vie changée pendant de longs mois.

Photo : Getty Images / Warchi

Dans la catégorie des victimes collatérales de la COVID-19 se trouvent les patients qui devaient être opérés, mais qui attendent en vain que le téléphone sonne. C'est le cas des patients avec des maladies orthopédiques et du système locomoteur: « C'est inacceptable, parce que [ces patients] sont souvent désespérés, invalidés par leurs problèmes. Ils prennent des antidouleurs comme la morphine, et leur santé dépérit à vue d'œil », se désole le chirurgien-orthopédiste Pascal-André Vendittoli, qui estime « impossible pour [certains] hôpitaux de rattraper le retard accumulé ».

Le Dr Vendittoli est clair: il faudra trouver rapidement des solutions pour que les patients soient soignés dans des délais raisonnables. Car l'attente est présentement de 18 à 24 mois, alors que la limite permise par le gouvernement est plutôt de 6 mois.

On continue de faire des consultations, de voir des patients et d'essayer de les soigner du mieux qu'on peut, mais tout ce qu'on peut faire, c'est les ajouter sur la liste d'attente, jour après jour.

Dr Pascal-André Vendittoli, chirurgien-orthopédiste au CIUSSS de l'Est-de-l'îÎe-de-Montréal, spécialiste en reconstruction articulaire de la hanche et du genou et professeur à l'Université de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi