•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

La course au vaccin sera-t-elle la nouvelle guerre froide?

Vladimir Poutine, assis derrière un bureau, regarde un écran où apparaissent les membres de son Cabinet.

Vladimir Poutine a fait l'annonce lors d'une réunion ministérielle qu'il dirigeait depuis la résidence d'État de Novo-Ogaryovo, en banlieue de Moscou.

Photo : Getty Images / Sputnik/AFP/ALEXEY NIKOLSKY

Vladimir Poutine a annoncé en grande pompe que la Russie a développé le « premier » vaccin contre la COVID-19, affirmant même qu'une de ses filles l'aurait déjà reçu. « On en connaît très peu sur ce vaccin », précise pour sa part l'infectiologue Karl Weiss. Des données devront être publiées de façon indépendante avant sa commercialisation, qui comportera son lot d'enjeux géopolitiques. Considérant que le vaccin se nomme Spoutnik – nom des satellites russes pendant l'ère spatiale –, peut-on penser que cette course au vaccin prend des allures de guerre froide?

On sait que la Russie a été une superpuissance. Il ne faut pas négliger la capacité des scientifiques russes de développer des choses, mais on n'a pas répondu à beaucoup d'interrogations. [...] Il est clair qu'en arrière de la simple découverte efficace et sécuritaire, il y a une course, non pas aux armements cette fois-ci, mais une course au succès du vaccin.

Karl Weiss, médecin, microbiologiste et infectiologue à l'hôpital général juif de Montréal et professeur de médecine à l'Université McGill


Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi