•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Secondaire à distance : « une génération d'adolescents fragilisée », craint Véronique Hivon

Tout un matin

Avec Maxime Coutié

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Secondaire à distance : « une génération d'adolescents fragilisée », craint Véronique Hivon

Une adolescente dans un escalier, elle a la tête dans ses propres bras.

Selon une récente étude d'Angus Reid, la moitié des Canadiens ont signalé une détérioration de leur santé mentale, durant la pandémie.

Photo : Getty Images / AngiePhotos

Les élèves du secondaire pourraient continuer d'étudier à distance cet automne, a affirmé le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge. La députée du Parti québécois Véronique Hivon, qui se dit « incapable d'imaginer » une année scolaire à distance, souligne sur les ondes de Tout un matin son inquiétude quant à la santé mentale des jeunes du Québec.

Minimalement, il faudrait qu'il y ait un retour physique à demi-temps pour permettre aux jeunes de l'adolescence – qui est une période charnière – d'avoir au moins un minimum de socialisation et de contacts, parce que la période d'isolement est extrêmement difficile. Je dois vous dire que je reçois beaucoup de témoignages de parents d'adolescents qui sont très inquiets.

Véronique Hivon, députée du Parti québécois dans Joliette et porte-parole du troisième groupe d'opposition en matière d'éducation

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi