•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Traitement de la COVID-19 : des chercheurs québécois s’inspirent d’un remède millénaire

Rattrapage du mercredi 1 avril 2020
Colchicum in flower against autumn leaves on a sunny day in Scotland, UK

La colchique d'automne a été traditionnellement utilisée afin de traiter les signes d'inflammation reliés à la goutte.

Photo : getty images/istockphoto / Louise Cunningham

François Legault a fait l'éloge du travail des chercheurs lors de son point de presse de mardi en citant le docteur Jean-Claude Tardif, lequel a lancé la semaine dernière une étude nommée COLCORONA afin de tester un traitement contre la COVID-19. Il nous explique comment un remède vieux de 2000 ans pourrait traiter les complications liées au virus qui paralyse le monde entier.

Il y a des gens très ingénieux, il y a 2000 ans, qui s'étaient rendu compte qu'en mangeant du colchique d'automne, les signes d'inflammation reliés à la goutte disparaissaient. Plus récemment, on s'est rendu compte que ça traitait un autre virus, la péricardite virale. Maintenant, plusieurs études suggèrent que réduire la réponse inflammatoire de la COVID-19 pourrait être une solution en attendant le vaccin. Si on pouvait prévenir les complications de la COVID et la transformer en maladie bénigne, ça transformerait le visage de la maladie. Ça, c'est le rêve, mais ça prend des patients pour prouver qu'on a raison.

Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'Institut de Cardiologie de Montréal

Pour participer à l'étude : si vous avez reçu un diagnostic de COVID-19, aidez les chercheurs à trouver une solution pour contrer la pandémie en participant à l'étude clinique COLCORONA (Nouvelle fenêtre).

Composez le 1 877 536-6837 à toute heure du jour ou de la nuit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi