•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Sûreté du Québec veut l’aide de l’armée en cas d’intervention à Kahnawake

Tout un matin

Avec Maxime Coutié

En semaine de 5 h 30 à 9 h

La Sûreté du Québec veut l’aide de l’armée en cas d’intervention à Kahnawake

Une voiture de la Sûreté du Québec sur une route enneigée.

Une voiture de la Sûreté du Québec.

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Le président de l'Association des policières et policiers provinciaux du Québec, Pierre Veilleux, demande au gouvernement Legault de pouvoir obtenir l'aide de l'armée si ses membres devaient intervenir dans le blocage des voies ferrées dans la province. Il explique que ceux-ci sont inquiets de la possible présence d'armes lourdes sur le territoire.

Pour Pierre Veilleux, la déclaration de François Legault sur la présence potentielle d’armes à Kahnawake est éloquente. Il estime ainsi que cette information est non-négligeable et qu’il est de son devoir, comme président du syndicat, de renforcer la sécurité des policières et policiers du Québec en cas d’intervention.

Je pense que c’est avec le dialogue qu’on va quand même dénouer cette impasse-là, mais nous, comme policiers, on doit quand même évaluer le risque, et moi, mon travail comme président du syndicat, c’est de protéger mes membres.

Pierre Veilleux, président de l'Association des policières et policiers provinciaux du Québec

Pierre Veilleux ajoute que ses membres ne refusent pas d’intervenir s’ils le doivent, mais il insiste pour que le gouvernement évalue la possibilité de les faire intervenir conjointement avec les Forces armées canadiennes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi