Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Tout un matin
Audio fil du vendredi 11 octobre 2019

Pour déjouer l’ennui, l’album tout en douceur de Pierre Lapointe

Publié le

Pierre Lapointe, dans le studio de <i>Tout un matin</i>
Pierre Lapointe, dans le studio de Tout un matin   Photo : Radio-Canada / Martin Ouellet

Un an après avoir causé la surprise avec un album rock garage, Pierre Lapointe présente un album hors du temps, où l'envie de s'inspirer des tendances a laissé toute la place à la douceur et à la simplicité. Il raconte à Patrick Masbourian le passionnant processus de création qui l'a cette fois amené à écrire plusieurs albums en même temps.

J’écris des petits aveux de défaites, des moments où l’humain se retrouve face à son miroir et se dit : “Je ne suis pas aussi beau, pas aussi fort et pas aussi brillant que je voudrais l’être.” Pour moi, c’est là que l’humain devient beau. Quand on [chante ces moments tout doucement], ça multiplie l’effet de ces textes-là.

Pierre Lapointe, auteur-compositeur-interprète

Berceuses pour adultes
Pierre Lapointe a demandé au chanteur Albin de la Simone de porter le chapeau de réalisateur pour cet assemblage de « berceuses se voulant un cadeau pour les petits enfants devenus grands ». On y trouve des airs – parfois mélancoliques – inspirés de la chanson française, qui ne sont pas sans rappeler son premier album homonyme.

Pour déjouer l’ennui fait partie d’une trilogie écrite en quelques mois. Pierre Lapointe a souhaité séparer les chansons en différents albums après les avoir composées. Il les assume toujours, bien qu'elles aient été écrites il y a deux ans : « Ce disque-là n’est pas une réflexion intellectuelle comme sur La science du cœur, qui me paraissait urgent à sortir. On a décidé de faire quelque chose qui rassurait. »

Chargement en cours