•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au marathon, les policiers devraient être munis de défibrillateurs, selon le Dr Juneau

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Au marathon, les policiers devraient être munis de défibrillateurs, selon le Dr Juneau

Audio fil du lundi 23 septembre 2019
Des coureurs amorcent leur épreuve.

Près de 18 000 participants sont inscrits aux cinq épreuves du Marathon international de Montréal.

Photo : Getty Images / Al Bello

Un homme de 24 ans qui participait au demi-marathon de Montréal est décédé, hier. Les nombreux cas d'arrêts respiratoires et de problèmes cardiovasculaires qui font les manchettes le lendemain de marathons amènent Patrick Masbourian à interroger le cardiologue Martin Juneau sur les soins offerts sur place : est-ce que l'accès rapide à un défibrillateur pourrait changer le cours des choses?

Quatre-vingts pour cent des arrêts cardiaques arrivent dans le dernier kilomètre. Il faut être bien équipé [sur place], car c’est là que ça arrive. C’est un peu surprenant [que le marathon ne le soit pas].

Le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l'Institut de cardiologie de Montréal

Dans les voitures de police
Le Dr Juneau croit que les policiers devraient avoir accès à un défibrillateur sur place, notamment parce que les policiers peuvent apprendre rapidement à utiliser ces appareils. Ce genre de formation est fréquemment donnée à des professionnels, et le Dr Juneau croit pouvoir l'enseigner facilement en une heure. Ces appareils, de petite taille, ne sont pas trop encombrants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi