Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Tout un matin
Audio fil du mardi 27 août 2019

Hétéro l'école? Quand l'éducation sexuelle participe à la stigmatisation

Publié le

Un tableau où l'on peut lire le mot sexe.
La sociologue Gabrielle Richard dénonce l'hétéronormativité des cours d'éducation sexuelle.   Photo : IS

L'éducation sexuelle anti-oppressive, qu'est-ce que c'est? C'est d'amener les jeunes à s'interroger constamment sur la personne qui détient le pouvoir dans une situation donnée. L'auteure et sociologue Gabrielle Richard profite de la rentrée scolaire pour lancer le livre Hétéro l'école? Plaidoyer pour une éducation antioppressive à la sexualité.

Lorsque la sexualité se joue entre personnes, elle n’est pas en vase clos. Elle s’inscrit au sein de rapports de pouvoir qui sont des rapports de genre, des rapports raciaux, des rapports d’âge. Quand on devient actif sexuellement, on s’inscrit dans ces rapports-là.

Gabrielle Richard, auteure et sociologue

Dans le cadre d’une recherche sur l’homophobie en milieu scolaire au début des années 2010, la sociologue avait été stupéfaite de découvrir qu’une participante de 17 ans n’avait appris l’existence du mot « lesbienne » que très récemment. Elle estime que, encore aujourd’hui, il est étonnant qu’autant de jeunes n’aient pas les clés nécessaires pour apprendre à se connaître.

L’hétéronormativité en classe
Les cours d’éducation à la sexualité envoient des messages sous-jacents qui sont très forts sur la sexualité. Gabrielle Richard affirme qu’on explique aux enfants qu’il existe deux façons d’être : d’un côté, soit on est une fille et on a un corps mince, imberbe, désirable par les garçons. De l’autre côté, on enseigne aux garçons que leur corps devrait être musclé, poilu et imposant. Tous ces stéréotypes se concrétisent dans la sexualité des uns et des autres, apprendrait-on. D'où son envie d'écrire un livre sur le sujet.

 On dit aux jeunes de différentes façons qu’il n’y a qu’une façon valable d’être et que c’est d’être hétérosexuel. Et si vous ne l’êtes pas, on peut vous accepter, mais ce n’est pas souhaitable et ça va être difficile dans la vie.

Gabrielle Richard, auteure et sociologue

Chargement en cours