•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'application Alerte COVID : « On a perdu un temps précieux », affirme François Cardinal

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

L'application Alerte COVID : « On a perdu un temps précieux », affirme François Cardinal

Un écran de l'application Alerte COVID lors d'une conférence de presse du gouvernement du Québec.

L'application Alerte COVID est maintenant fonctionnelle au Québec, et près de 160 000 personnes l'ont téléchargée en 24 heures.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

« C'est un outil de plus. Même s'il est téléchargé par une fraction des Québécois, ce sera ça de gagné. Si on évite une centaine d'éclosions, ce ne serait pas beaucoup, mais ce serait ça de moins quand même. » Bien que François Cardinal admette avoir eu des réserves à l'égard de l'application Alerte COVID lors de la première vague, il croit aujourd'hui qu'il « faut mettre toutes les chances de notre côté » pour battre la contagion du virus, dans un contexte où « on n'a de moins en moins de contrôle sur le virus ». Le chroniqueur trouve d'ailleurs dommage que le Québec ait tardé à adopter l'application du fédéral.

On a perdu un temps précieux à niaiser pour essayer d’avoir notre propre application, même si le Québec a un bilan assez ordinaire en matière informatique.

François Cardinal, chroniqueur

Alors que François Legault a fortement critiqué jeudi les partis d’opposition qui nuisent à l’adoption de la technologie à grande échelle, François Cardinal soutient que le premier ministre « a raison de se plaindre de la position des partis d’opposition sur cet enjeu ».

Dans ce contexte-là, tous les partis devraient mettre de côté leurs réserves si elles ne sont pas graves, et se joindre à l’appel du premier ministre.

François Cardinal, chroniqueur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi