•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Faut-il instaurer une journée de deuil national en hommage aux victimes de la COVID-19?

Un homme regarde au loin

Les proches des victimes de la COVID-19 qui n'ont pu les voir une dernière fois doivent faire leur deuil dans un contexte douloureux.

Photo : Getty Images / ljubaphoto

Plus de 5700 personnes sont décédées de la COVID-19 au Québec depuis le début de l'année. La chroniqueuse Isabelle Craig se penche sur la possibilité d'instaurer officiellement une journée de deuil national afin de se souvenir collectivement des traumatismes vécus pendant la pandémie de 2020, alors qu'un nombre considérable de familles ont perdu des proches dans un contexte aussi déchirant qu'inusité.

Deuil collectif
Isabelle a récolté les témoignages d'intervenants qui ont œuvré auprès de victimes ou de proches pendant la pandémie.

Nous, on fait les rituels de fin de vie, une prière, tout ça. La [conjointe] demandait : "Pouvez-vous faire un rituel à mon mari?" Mais elle n'était même pas là pendant le rituel, c'était hors du commun. [...] Et le patient en train de mourir était conscient, il n'agonisait pas depuis des jours... La personne en détresse décédait toute seule.

Amélie Villeneuve, intervenante spirituelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi