•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surveiller son voisin au temps de la COVID-19

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Surveiller son voisin au temps de la COVID-19

Surveiller son voisin au temps de la COVID-19.

La COVID-19 nous confronte à de nouvelles réalités.

Photo : AFP / Don Bayley

Des scènes de délation et de suspicion ont été observées dans plusieurs villes depuis le début de l'isolement préventif des Québécois. Jamais dans notre histoire récente n'a-t-on autant considéré que la survie des uns dépendait de la santé et du comportement des autres. Isabelle Craig se penche sur le phénomène de la stigmatisation.

L'historienne de la santé Laurence Monnais précise que l'anxiété créée par un climat d'incertitude peut prendre des formes variées, notamment la stigmatisation de l'autre.

C'est malheureusement un comportement humain. D'abord, on a toujours tendance à accuser l'autre d'être responsable, de l'entrée du virus puis de sa dispersion. Par ailleurs, on accuse des communautés qu'on a plus de facilité à identifier. Si on veut aller dans cette direction, c'est-à-dire regarder et scruter qui refuse les mesures, on se rend compte que ça n'a pas forcément de lien avec l'appartenance religieuse ou ethnique et qu'il est facile de toujours taper sur les mêmes. Moi, je respecte les mesures de distanciation sociale, mais je ne sais pas ce que mes voisins font, ce que les communautés religieuses autour de moi font et elles peuvent être de toutes origines et de toute nature.

Laurence Monnais, historienne de la santé

Au cours du segment, la psychiatre Marie-Ève Cotton aborde la suspicion, notamment ressentie afin de gérer un stress croissant, mais aussi son envers, qui se manifeste par une attitude contrephobique, comme le déni.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi