Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Tout un matin
Audio fil du mardi 20 août 2019

Stress contagieux : comment éviter la « propagation » des émotions négatives?

Publié le

Un travailleur est stressé à son poste de travail.
Un homme est stressé au travail.   Photo : iStock

Dans les écoles comme dans les milieux de travail, le stress altère le niveau d'anxiété des personnes et affecte leur productivité. La chercheuse en neurosciences Sonia Lupien nous parle d'une nouvelle méthode qui apprend aux gens à réévaluer leur réponse au stress afin de la voir positivement.

Quand une personne fait face à un stress, elle tente souvent de réguler sa réponse affective en modifiant son interprétation de l’événement. C’est ce qu’on appelle la « régulation émotionnelle ». Toutefois, la chercheuse affirme que penser fort que tout est parfait donne des résultats plutôt variables. Mais une nouvelle approche semble faire ses preuves.

Lorsque l’on vit du stress, un système physiologique complexe s'active et notre corps confirme que l’on est stressé. Les principaux signes sont les suivants :

  • Notre cœur bat la chamade.
  • On a chaud.
  • Nos mains tremblent.
  • Nos muscles se tendent.
  • Notre attention est entièrement concentrée sur la situation stressante.
La Dre Sonia Lupien, directrice du Centre d'études sur le stress humain (CESH) de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal
La Dre Sonia Lupien, directrice du Centre d'études sur le stress humain (CESH) de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal Photo : Radio-Canada/Pascal Robidas

Stressé d’être stressé
Depuis des lunes, chercheurs et médias disent que le stress est toxique et que toutes les réponses au stress devraient être évitées. De plus en plus de chercheurs croient que les gens redoutent cette réaction physique au stress, car ils l’interprètent comme étant négative. En résumé, ils deviennent stressés d’être stressés.

Or, on sait depuis longtemps que la réponse au stress n’est pas toujours négative et qu’elle est plutôt nécessaire à la survie. Un exemple connu est celui des acteurs, qui disent souvent que le trac les aide à offrir une bonne performance.

Dans cette foulée, Jeremy Jamieson a développé une méthode pour apprendre aux gens à réévaluer leur réponse au stress afin qu’ils la voient comme étant positive au lieu d’être négative.

Ainsi, si la personne arrive à réévaluer son stress et à le rendre positif, est-ce que cela aura pour effet de diminuer la réponse au stress des gens qui l’entourent ? En ondes, Sonia Lupien nous donne en exclusivité les résultats de son collègue Jamieson (ils n'ont pas encore été évalués par ses pairs). Il semblerait effectivement que la personne qui apprend à bien gérer sa réponse au stress a un effet positif sur son entourage.

Chargement en cours