•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Rattrapage du 25 nov. 2020 : La protection de la langue française, et les effets de la fermeture des gyms

Rattrapage

  • Pierre Laliberté souhaite témoigner à notre micro des effets de la fermeture des centres sportifs sur sa vie : « C'est de faire face à mon démon et d'y faire face seul. Je n'ai pas d'exutoire, c'est celui que j'avais trouvé et qui marchait depuis 15 ans, et là, j'ai peur de retomber dans les mêmes habitudes », dit celui pour qui la fréquentation d'un gym s'insère dans « une démarche globale d'hygiène de vie » qui lui permet de contrôler sa consommation problématique d'alcool. « Des gens [qui luttent contre] la consommation, la solitude, l'anxiété, j'en connais plusieurs qui se rabattent sur une fréquentation assidue du gym pour pallier ces problèmes-là. »

  • Le projet d'agrandissement du collège Dawson soulève des préoccupations. Une lettre ouverte a été signée par une quarantaine de professeurs francophones pour dénoncer l'anglicisation des cégeps. Bernard Tremblay, le président-directeur général de la Fédération des cégeps, affirme ne pas trop s'inquiéter pour ce qui est des chiffres, mais reconnaît la préoccupation des établissements francophones quant à l'avenir du français.

  • La COVID-19  a profondément transformé nos modes de vie et notre manière de consommer. « La période de confinement a eu vraiment une conséquence et a fait penser aux consommateurs qu'il était possible de limiter leur consommation. Ça se voit depuis le début de la pandémie et ça se concrétise par une consommation plus sobre », note Fabien Durif, directeur de l'Observatoire de la consommation responsable. Il discute du transfert de dépenses vers l'achat local et de nouvelles habitudes de consommation qui sont en train de s'incruster au sein de la société québécoise.

Vous aimerez aussi