•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Rattrapage du 23 nov. 2020 : Discussion imposée sur le racisme, et attente des propriétaires de bars et de restos de l'aide d'urgence

Rattrapage

  • L'aide d'urgence promise par le gouvernement Legault aux propriétaires de bars et aux restaurateurs se fait toujours attendre pour plusieurs d'entre eux. Se disant à bout de souffle, les membres de la Nouvelle Association des Bars du Québec (NABQ) souhaitent que le gouvernement s'engage à renouveler l'aide pour les entreprises fermées par le gouvernement à chaque renouvellement des mesures de confinement : « Lorsqu'on va rouvrir, tout le monde va être en situation d'urgence. Depuis le début du lockdown, on nous ferme à quatre jours d'avis, et on nous dit qu'on peut rouvrir [deux jours avant la réouverture] », dit Mathieu Ménard, propriétaire du Blind Pig et membre du conseil d'administration de la NABQ, qui témoigne de la détresse vécue par plusieurs de ces entrepreneurs.

  • Entamant son documentaire Pour mes fils, mon silence est impossible par l'expression de son propre inconfort à parler du racisme au Québec, Isabelle Racicot a néanmoins décidé de continuer la conversation initiée par le mouvement Black Lives Matter : « On s'envoie promener à travers les réseaux sociaux, alors que l'empathie, l'écoute, la capacité de se mettre dans la peau de l'autre, on l'a un peu perdue. » Volontairement campé au Québec et au Canada, le documentaire déboulonne certaines idées voulant que les concepts privilégiés par les militants antiracistes soient décalés par rapport à l'histoire des personnes racisées au Québec.

Vous aimerez aussi