•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Rattrapage du 14 oct. 2020 : Sensibiliser la communauté Kiryas Tosh, et la nomination de Ian Lafrenière

Rattrapage

  • Rassemblement de 1000 personnes à Boisbriand : comment sensibiliser la communauté Kiryas Tosh?

    Environ 1000 membres de la communauté juive orthodoxe Kiryas Tosh se sont rassemblés autour d'une synagogue de Boisbriand alors que 400 d'entre eux étaient à l'intérieur, samedi : « Lors du Nouvel An juif, qui est un peu [l'équivalent catholique] de Noël, à notre connaissance, les règles ont été observées. Pourquoi ça a été observé et que tout d'un coup, c'est la fête de la Torah et ils ont décidé de ne pas suivre les règles? Je ne comprends pas pourquoi », s'étonne le modérateur de la table interreligieuse de concertation monseigneur Pierre Murray. En entrevue à Tout un matin, il explique comment les autorités de santé publique de la région peuvent sensibiliser à nouveau cette communauté.

  • Elles ont propagé la COVID-19 : « C’est énormément de culpabilité et de responsabilités »

    Un souper, cinq filles et un virus. Une quarantaine de vies chamboulées. « Je pense que si on prenait conscience de l'ampleur de la tâche [lorsqu'une personne est déclarée positive à la COVID-19], on aurait un argument de plus pour se convaincre de limiter ses contacts », affirme Isabelle Craig, qui a interviewé deux étudiantes de l'Université du Québec à Montréal – Lorianne et Maïka – déclarées positives à la suite d'un souper entre amies. Maïka explique les conséquences de cette soirée.

  • Ian Lafrenière refuse de reconnaître le racisme systémique au Québec

    Le nouveau ministre des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, qui affirme dialoguer avec les chefs des Premières Nations depuis sa nomination, refuse de reconnaître l'existence du racisme systémique au Québec : « De venir dire qu'à Joliette, c'est un système qui a produit ça, je suis désolé, mais les gens qui ont mal agi ont perdu rapidement leur emploi. Leur enlever cette faute-là en disant que c'est le système qui les a rendus racistes, nous, on n'est pas là », explique-t-il au micro de Patrick Masbourian, qui lui demande en retour comment il compte échanger avec les nombreuses communautés qui érigent ce concept au cœur de leurs revendications.

  • Troubles alimentaires chez les ados : du « jamais vu » au CHU Sainte-Justine

    « Pendant le confinement, on a eu une [diminution] du nombre d'hospitalisations pour des troubles alimentaires, mais à partir de la fin mai, [les hospitalisations] ont presque doublé par rapport à la moyenne », affirme le Dr Olivier Jamoulle, pédiatre au CHU Sainte-Justine, au micro de Tout un matin. Tout en relativisant, puisqu'il s'agit d'un nombre limité d'adolescents touchés, le docteur explique comment ses patients se sont trouvés dans cette situation.

Vous aimerez aussi