•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Rattrapage du 29 juill. 2020 : Ressources pour parents violentés et des campements d'itinérants dans les rues

Rattrapage

  • Devant un enfant violent, pourquoi hésiter à chercher de l'aide?

    Un homme de Drummondville est accusé d'avoir assassiné sa mère de 57 ans, retrouvée mardi à son domicile. Le conjoint de la victime a déclaré par la suite qu'elle réclamait de l'aide depuis longtemps. Quelles ressources s'offrent aux parents qui craignent le comportement de leur enfant? Qu'est-ce qui décourage certains parents de demander de l'aide, notamment lorsque l'enfant menaçant est majeur? « Beaucoup de parents ont peur d'être jugés, ont peur pour leur enfant, ont un sentiment de culpabilité et une envie de faire beaucoup avant de demander de l'aide. Ils ne connaissent pas les services », explique la coach clinique Élise Huot.

  • Des « nouveaux itinérants » installent des campements dans les rues de Montréal

    Depuis la semaine dernière, notre chroniqueur en circulation Jean-François Paradis relate la présence d'itinérants dans des tentes disposées rue Notre-Dame, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, de façon permanente ou temporaire. « C'est l'effet économique de la COVID-19 sur certaines personnes, qui avaient très peu de soutien de la famille ou des amis, et pas de coussin financier. Ce sont des personnes qui sont à la rue pour la toute première fois, et c'est très préoccupant », explique Matthew Pearce, président de la Mission Old Brewery, qui ajoute que les réductions de service dans les refuges traditionnels de la métropole ne sont pas étrangères à ces campements installés en ville.

Vous aimerez aussi