•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout un matin

Avec Patrick Masbourian

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Rattrapage du 20 avr. 2020 : Être non-voyant pendant la pandémie et la tuerie en Nouvelle-Écosse

Rattrapage

  • Non-voyant en période de pandémie : le parcours du combattant

    Se déplacer en ville avec une déficience visuelle est déjà un défi en soi, mais le faire en respectant les mesures de distanciation sociale relève presque du miracle. Plus encore, les initiatives comme le Guide autosoins ou Le Panier bleu ont été lancées sans que l'accès en soit facilité pour les non-voyants. Si la COVID-19 est décrite comme une menace invisible, force est de constater que la vision aide à s'en protéger et que les personnes qui vivent avec un handicap visuel ont besoin qu'on adapte les mesures sanitaires à leur réalité.

  • Tuerie en Nouvelle-Écosse : témoignage troublant d'une résidente de Truro

    « On savait où [le tireur] était. On était aux aguets : on regardait dehors, on savait qu'il était habillé en policier de la GRC », nous raconte Monique Cormier, qui témoigne de l'ambiance qui régnait en Nouvelle-Écosse, où a eu lieu, en fin de semaine, la tuerie la plus mortelle de l'histoire récente canadienne. Patrick Masbourian questionne cette résidente de Truro, chef-lieu du comté de Colchester, où plusieurs scènes de crime sont étalées sur une distance de 50 kilomètres.

Vous aimerez aussi