•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La reconversion du hangar numéro 1 toujours dans les plans

Toujours le matin

Avec Marie-Claude Julien

En semaine de 6 h à 9 h

La reconversion du hangar numéro 1 toujours dans les plans

Rattrapage du lundi 30 novembre 2020
La façade du hangar dans le port.

Le hangar numéro 1 au port de Trois-Rivières (Archives)

Photo : Radio-Canada

Même si le projet rencontre quelques défis, le port de Trois-Rivières poursuit ses démarches pour changer la vocation du hangar numéro 1, situé près de l'Amphithéâtre Cogeco.

Le port de Trois-Rivières souhaite rendre le lieu accessible au public, en partenariat avec la Ville, ce qui modifie la mission de l’administration portuaire, explique le président-directeur général de l’administration portuaire de Trois-Rivières, Gaétan Boivin, en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Malheureusement, malgré le temps qu’on a pris avec Transport Canada, ça n'a pas été possible de faire modifier nos lettres patentes, parce qu’il fallait modifier la loi, donc ça veut dire que toutes les administrations portuaires canadiennes, il y a en les 17, auraient eu ce privilège-là aussi, ce que [le gouvernement] ne veut pas accorder, dit-il.

Il affirme que d’autres avenues sont envisagées.

On a convenu avec le ministre Garneau et le ministre Champagne, que les discussions continuent entre la Ville, nous et Transport Canada pour trouver une solution alternative, précise M. Boivin.

L’objectif reste de développer un projet à cet endroit d’ici 10 ans, dans le cadre du plan stratégique du port intitulé Cap sur 2030, selon le PDG du port.

En entrevue à l’émission Toujours le matin, le directeur général d'Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières, Mario De Tilly, avait déclaré qu’il croit, lui aussi, que la reconversion du hangar est un enjeu complexe pour Ottawa

C’est un changement majeur, la plupart des gouvernements n’aiment pas créer de précédents, donc c’est pour ça qu’il y a une certaine forme de réticence, avait-il dit.

Selon M. De Tilly, ce dossier ne se règlera pas tant que la crise de la COVID-19 ne sera pas terminée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi