•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours le matin

Avec Marie-Claude Julien

En semaine de 6 h à 9 h

Guillaume Morrissette affronte son scepticisme dans son nouveau roman

Rattrapage du mercredi 14 octobre 2020
L'auteur Guillaume Morrissette

Guillaume Morrissette est l’invité d’honneur du Salon du livre de Trois-Rivières

Photo : Francois Pilon

D'emblée, l'auteur Guillaume Morrissette l'avoue : il ne croit pas qu'il soit possible de parler aux morts. Pourtant, le personnage principal de son nouveau roman en fait sa spécialité.

Quand je parle aux morts est un suspense psychologique qui met en scène Morgane Edwards qui offre d’être le lien entre les vivants et les morts. Autour de cette spécialité unique, se greffent des intrigues et, bien sûr, une enquête policière, spécialité de l'auteur.

 Je suis très sceptique face à ce genre de phénomène et, pourtant, maintenant, je connais une femme qui dit parler aux morts. Elle gagne sa vie avec ça alors il y a des gens qui y croient. Cette dame est devenue une inspiration pour le roman , racontait Guillaume Morrissette en entrevue à Toujours le matin.

J’ai eu un réel plaisir à discuter avec cette femme. Je suis quelqu'un de sceptique, mais ouvert.

Guillaime Morrissette, auteur

Aide médicale à mourir

Guillaume Morrissette aborde également l’aide médicale à mourir dans son roman, un aspect qui le questionne profondément, lui qui voit son père aux prises avec une maladie qui altère profondément sa conscience.

 Mon père est dément et vit dans un espace de temps maximal d’une seconde. Il n’a aucune conscience de ce qui se passe. Je me questionne à savoir s’il est malheureux ou pas , raconte l’auteur.  Et j’en viens à la conclusion que je serais incapable de prendre cette décision pour lui sans savoir comment il vit ça. Dans le roman, il y a beaucoup de clins d'œil à ce que vit mon père. 

Les restrictions sanitaires ont empêché M. Morrissette de tenir un lancement comme le veut la tradition. Il a plutôt opté pour une prévente, promettant aux lecteurs de livrer lui-même la copie à la maison. Depuis quelques jours, il visite donc beaucoup de paillassons et de boîtes aux lettres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi