Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du jeudi 26 juillet 2018

Chantal Nadeau est la nouvelle directrice générale à la Nouvelle Scène

Publié le

Des véhicules sont stationnés devant la façade de l'établissement éclairée par un soleil de fin de journée.
La Nouvelle Scène Gilles-Desjardins   Photo : Courtoisie

La femme d'affaires originaire du nord de l'Ontario, Chantal Nadeau, deviendra le 27 août la nouvelle directrice générale de la Nouvelle scène Gilles Desjardins. Elle succède à Marc-André Boyes-Manseau qui avait choisi de quitter son poste « pour des raisons personnelles » après seulement 4 mois.

Mme Nadeau cumule plusieurs années d’expérience dans les domaines du marketing et du développement économique, ainsi qu’à la direction générale de plusieurs organismes communautaires et culturels francophones.

« Ce sera un honneur pour moi de travailler avec l’équipe de La Nouvelle Scène Gilles Desjardins, son Conseil d’administration et les quatre compagnies fondatrices. Je suis enthousiaste à l’idée de poursuivre le travail déjà amorcé et de contribuer au rayonnement de la langue et de la culture francophones de la grande région d’Ottawa et du Canada tout entier », a-t-elle déclaré par voie de communiqué.

Ses premiers mandats seront de se pencher sur l’élaboration du plan quinquennal, sur la gouvernance, ainsi que sur le développement des publics.

« Nous sommes très heureux de l’arrivée de Chantal dans l’équipe de La Nouvelle Scène Gilles Desjardins. Sa vaste expérience dans différents domaines, mais aussi sa connaissance des enjeux franco-ontariens et son amour du milieu font d’elle la personne toute désignée pour le poste de directrice générale », ajoute Jean Lalande, Président du Conseil d’administration

Chantal Nadeau devra aussi gérer l'institution qui traîne une dette de trois millions de dollars depuis sa réouverture en 2016 en raison d'un projet de construction. Avant l’élection du gouvernement Ford, les libéraux ontariens avaient promis d’investir 2,9 millions de dollars pour assurer la pérennité des programmes de l'organisme culturel et alléger le fardeau de cette dette,

M. Lalande, n'a toujours pas la confirmation des conservateurs en ce qui concerne cette promesse du précédent gouvernement.

Il affirme toutefois que ce financement permettrait à l’institution une plus grande stabilité, mais surtout de se concentrer sur la création de spectacles plutôt que de chercher par tous les moyens de payer sa dette.

Chargement en cours