•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle formation collégiale pour travailler dans l'industrie du cannabis

Sur le vif

Avec Marie-Lou St-Onge

En semaine de 15 h à 18 h

Une nouvelle formation collégiale pour travailler dans l'industrie du cannabis

Audio fil du mardi 20 mars 2018
Des personnes portant des gants utilisent des ciseaux pour couper des feuilles de marijuana.

Des employés d'Hydropothicaire manipulent des feuilles de marijuana, le jeudi 12 octobre 2017.

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

L'industrie du cannabis médical promet d'être florissante. Le Cégep de l'Outaouais ne veut pas rater l'occasion. Il prévoit de mettre sur pied une nouvelle formation en partenariat avec le producteur de cannabis médical Hydropothecary.

Le Cégep de l'Outaouais fait les démarches nécessaires pour offrir à ses élèves une formation en Agriculture numérique du cannabis, et ce, dès l'automne 2018.

Pour la directrice des études du Cégep de l'Outaouais, Jacqueline Lacasse, le Cégep « doit répondre aux besoins du marché du travail, non seulement les besoins actuels, mais aussi les besoins à venir ».

La directrice des études au Cégep de l'Outaouais dans un studio de Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La directrice des études au Cégep de l'Outaouais, Jacqueline Lacasse, en entrevue à l'émission Sur le vif.

Photo : Radio-Canada / Sur le vif

« On vise le DEC, mais le premier pas pour pouvoir répondre rapidement aux besoins, c’est d’aller de l’avant pour une demande avec une AEC [attestation d’études collégiales] et, ensuite, on vise à avoir le programme exclusif dans la province », ajoute Mme Lacasse.

De son côté, le producteur de cannabis médical Hydropothecary a plus que doublé sa main-d’œuvre depuis ses débuts en 2013.

« À l’heure actuelle, on se situe à presque 120 employés. Si la tendance se maintient, on va terminer 2018 et on va être proche de 300, donc c’est vraiment une expansion majeure », précise Andrée St-Cyr, responsable des ressources humaines chez Hydropothecary.

La responsable des ressources humaines chez Hydropothicaire devant un micro à Radio-CanadaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Andrée St-Cyr, responsable des ressources humaines chez Hydropothicaire, en entrevue à l'émission « Sur le vif ».

Photo : Radio-Canada / Sur le vif

L'entreprise s'est engagée à fournir 20 000 kilogrammes de cannabis à la Société québécoise du cannabis (SQDC), la nouvelle filiale de la Société des alcools (SAQ), pendant la première année de la légalisation au Canada.

Si l'entreprise a fonctionné jusqu'ici en recrutant des employés possédant des expertises transférables, les dirigeants aimeraient toutefois recruter des employés connaissant les spécificités du cannabis.

« On a des besoins diversifiés. [...] L'industrie du cannabis est très jeune. Jusqu'à présent, on a trouvé des expertises qui sont transférables, soit du [secteur] pharmaceutique, de l'agriculture, du manufacturier, de l'alimentaire, mais il reste qu'il y a des particularités propres au cannabis, à sa culture et à sa transformation qu'on doit apprendre », détaille Mme St-Cyr.

Le contenu du programme en Agriculture numérique du cannabis

  • Robotisation et automatisation des serres
  • Contrôle de qualité et transformation du cannabis
  • Culture biologique et culture abritée

Pour sa part, Paule Bellehumeur, conseillère pédagogique du Cégep de l’Outaouais, se dit « assurée que le contexte de travail qu’amène la transformation du cannabis, c’est du jamais vu ».

« On est convaincu qu’il y a un besoin de main-d’œuvre, un créneau particulier pour la formation sur la transformation et le contrôle de qualité du cannabis », conclut-elle.

Trois femmes devant des micros dans un studio de Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite : Andrée St-Cyr, Paule Bellehumeur et Jacqueline Lacasse.

Photo : Radio-Canada / Sur le vif

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi