Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du mardi 15 août 2017

Québec critiqué pour son retard dans le dossier des opioïdes

Publié le

Une seringue usée et un flacon ouvert sur lequel est apposé une ordonnance pour Naloxone sont sur le pavé.
La Naloxone sert à contrecarrer les effets d'une surdose d'opioïdes.   Photo : Radio-Canada / Christian Molgat

Alors que plusieurs surdoses sont survenues en Ontario ces derniers mois, la consommation d'opioïdes gagne aussi du terrain au Québec. Marilou Gagnon, professeure agrégée à l'École des sciences infirmières de l'Université d'Ottawa, juge que le Québec, comparativement à l'Ontario, n'agit pas suffisamment pour contrer la crise.

« Le Québec n'en fait pas assez, surtout au niveau de la surveillance. Ce qu'on entend constamment de la part du ministère [de la Santé et des Services sociaux], c'est que le Québec ne fait pas face à une crise, qu'on y échappe pour le moment. Pour moi, c'est inadéquat, c'est déconnecté de la réalité », a estimé la professeure.

Il n'y a pas une province qui va y échapper.

Marilou Gagnon, professeure agrégée à l'École des sciences infirmières de l'Université d'Ottawa

Selon Mme Gagnon, le gouvernement du Québec aurait pu agir rapidement en mettant en place des mesures similaires à celles de l'Ontario. Elle mentionne notamment le programme de distribution de trousses de naloxone, un médicament contre les surdoses d'opioïdes, dans les pharmacies.

La spécialiste a déploré que Québec n'ait toujours pas dévoilé de plan pour faire face à la crise. L'Ontario a pour sa part déployé une stratégie à l'automne 2016.

Chargement en cours