•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur le vif

Avec Marie-Lou St-Onge

En semaine de 15 h à 18 h

Début des camps pédagogiques dans les écoles secondaires du Québec

Rattrapage du lundi 8 juin 2020
Une salle de classe avec des élèves

Une salle de classe

Photo : Radio-Canada

Plusieurs élèves du secondaire ont réintégré physiquement les écoles de l'Outaouais, lundi, afin de prendre part à des camps pédagogiques ayant pour but de les raccrocher aux études, qu'ils auront quelque peu désertées pendant la pandémie, pour toutes sortes de raisons.

Que ce soit par manque d'équipement technologique, d'intérêt ou de motivation, certains élèves n'ont pas pu poursuivre leurs études à distance pendant la période de confinement. D'autres ne sont tout simplement pas parvenu à fonctionner dans ce nouvel environnement virtuel, en l'absence de l'encadrement habituel.

Ces camps pédagogiques ont été créés par le Ministère de l'Éducation du Québec alors que des professionnels et des parents réclamaient des écoles d’urgence pour les élèves en difficulté, étant donné que leurs établissements scolaires étaient exclus du plan de réouverture du 11 mai dernier.

Ce sont donc une trentaine d'heures de contenu pédagogique qui sera offert à des centaines d'élèves du secondaire d'ici au 23 juin, afin de les aider à se rattraper et à faciliter leur retour en classe en septembre, dont on ignore encore les détails. Selon la présidente de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais, Nadine Peterson, 250 de ses élèves sont présentement dispersés dans 4 écoles de la région.

L’école à la maison ne fonctionne pas pour tout le monde.

Nadine Peterson, directrice générale de la Commission scolaires des Portages-de-l'Outaouais

"Dans un monde idéal je vous dirais que je souhaite grandement que tous nos élèves puissent revenir en septembre pour que la vie reprenne et qu’on puisse revenir au modèle qu’on connaissait", admet Mme Peterson, tout en ajoutant que ses professeurs ont fait preuve d'un grand dévouement et qu'elle se sent optimiste pour la suite dès choses, peu importe le format. "Je suis beaucoup plus positive qu'au mois d'avril alors qu'il ne se passait pas grand-chose", conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi