Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du lundi 30 septembre 2019

ITSS: Le BRAS rappelle l'importance des tests de dépistage

Publié le

Un homme tient un papier où il est inscrit sos, devant son caleçon.
L'herpès génital cause des lésions douloureuses.   Photo : iStock

Le Bureau régional d'Action sida lance une campagne pour les tests de dépistage du VIH et des Infections transmissibles sexuellement et par le sang, les ITSS.

« Les gens ont peur du test, il pensent qu’on va insérer un Q-tips dans l’urètre et ou dans le pénis », avoue Annie Castonguay, qui constate qu’il y a encore énormément d’éducation à faire, tant au niveau du dépistage que des infections elles-mêmes.

Les statistiques récentes confirment la recrudescence des ITSS depuis quelques années. À elle seule, la gonorrhée a fait un bond récent de 269 % au Québec. Souvent, une simple prise de sang ou un prélèvement de salive suffisent à déterminer si une personne est infectée.

Elle a l’air propre. Ça peut pas m’arriver à moi.

Annie Castonguay, directrice adjointe du Bureau régional d'action sida

Mme Castonguay confirme qu’il y a de l’éducation à faire au niveau des jeunes mais aussi des adultes. Les personnes nouvellement séparées trouvent de nouveaux partenaires sexuels et doivent comprendre l’importance de se protéger, ajoute-t-elle. Les tests sont essentiels pour prévenir la propagation des infections. Et ils doivent être faits régulièrement. « Il ne faut pas présumer que son partenaire est fidèle », rappelle Mme Castonguay.

Le BRAS avoue que les endroits pour passer les tests de dépistage ne sont pas nombreux en Outaouais, et que les instances de santé pourraient impliquer des organismes communautaires comme le BRAS, le Gîte ami ou encore la Soupe populaire.

Chargement en cours