Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du mercredi 4 septembre 2019

Être préposée aux bénéficiaires, une vocation gratifiante, mais difficile

Publié le

Une femme en fin de vie se fait tenir la main par une personne proche.
Les infirmières qui offrent des soins de santé à domicile sont épuisées.   Photo : iStock / Obencem

La pénurie de main d'oeuvre dans le domaine de la santé a de sérieuses répercussions sur la charge de travail des infirmières et des préposées aux bénéficiaires.

Les préposés en milieu hospitalier, comme c’est le cas à l’Hôpital de Hull, sont censés être au nombre de trois sur chacun des étages, mais ne sont souvent que deux pour 28 patients.

Quand on manque de personnel, mon travail, qui est déjà difficile, l’est deux fois plus, et je n’ai pas le choix de couper les coins ronds

Annie Philippe, préposée au bénéficiaires à l’Hôpital de Hull

Quels soins sacrifier quand le temps manque? Les soins d’hygiène, l’aide au repas, l’écoute? Les préposés aux bénéficiaires disent être souvent les seules personnes que les patients sans familles voient. Et regrettent de ne pas pouvoir les écouter comme elles le voudraient.

Si je prends le temps d’écouter un patient, ça signifie qu’un autre patient va rester plus longtemps dans sa culotte d’incontinence. C’est très triste.

Annie Philippe, préposée au bénéficiaires à l’Hôpital de Hull

Annie Philippe a trouvé sa vocation sur le tard, à 28 ans, et ne l’a jamais regretté. Le préposée aux bénéficiaires à l’Hôpital de Hull adore aider les gens dans le besoin, qui auront toujours besoin de nous, jusqu’à ce que ça soit notre tour. Elle adore son travail qu’elle n’a pas l’intention de quitter, malgré la lourdeur de la tâche. Elle a toutefois perdu plusieurs collègues, épuisés, qui ont quitté la profession.

Récemment, les préposés aux bénéficiaires du Québec, épuisés, ont lancé un grand cri du coeur.

Selon Mme Philippe, il faudrait absolument augmenter les salaires et, surtout, améliorer les conditions de travail afin d’éviter les burnouts, attirer plus de personnel et...les retenir.

Chargement en cours