Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du mardi 6 août 2019

La passion de Chantal Plouffe pour la culture country

Publié le

Des bottes western sur fond de bois pour vous faire galoper jusqu'à Saint-Tite!
Découvrez les webradios country d'ICI Musique!   Photo : Unsplash / Melanie Mauer

Cet été, Sur le vif fait découvrir le « côté givré » de personnalités de la région ou de collaborateurs réguliers à l'émission. Cette semaine, Chantal Plouffe confie sa passion pour la culture country.

C’est en écoutant la cassette de Patrick Normand qu’on faisait la vaisselle chez les Plouffe. À la ferme laitière familiale de L’Ange-Gardien, où Chantal a grandi, résonnaient les Cayouche, George Hamel, Bobby Hachey et Willie Lamothe. On pratiquait même des chorégraphies de danse en ligne!

La culture country est partagée par tous les membres de la famille. Sa tante Angèle a fait découvrir Dolly Parton et Kenny Rogers – que « Gégèle » comme on la surnommait trouvait donc beau. Encore aujourd’hui, Chantal fredonne She Believes in Me, un classique du chanteur texan.

C’est la musique qui me berce, celle qui me ramène à mon essence, à mes racines.

Chantal Plouffe

Mon père, je pense que c’était le plus amoureux de cette musique country, souligne-t-elle. Il avait d’ailleurs un souhait pour sa fille : qu’elle épouse un gars de l’est ontarien – où les terres sont particulièrement belles.

Ce voeu s’est réalisé. J’ai un chum franco-ontarien, cultivateur, qui adore le country!, lance Chantal, ajoutant que leur jeune fils aime lui aussi tout ce qui est cowboy, tracteurs, chapeau.

Le retour du country

Si Chantal a boudé le country à l’adolescence, elle y est revenue – notamment avec la vague Shania Twain. Le mariage entre country et pop explique d’ailleurs, selon elle, l’engouement renouvelé pour le genre musical.

Il y a une culture jeune qui aime le country. Des gens qui assument le style, remarque-t-elle, citant les foules qui se pressent au Bluesfest d’Ottawa pour les chanteurs country. C’est une culture que la jeunesse s’approprie.

Qui sait si des enfants du millénaire ne fredonneront pas à leur tour She Believes in Me?

Chargement en cours