Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du mardi 9 juillet 2019

Le maire de Gatineau est aussi un chasseur de trésors

Publié le

Marilou tient une des pièces dans le studio radio, en entrevue avec le maire.
Le maire Pedneaud-Jobin montre à Marilou St-Onge ses pièces de monnaie les plus précieuses.   Photo : Radio-Canada

Cet été, Sur le vif fait découvrir le « côté givré » de personnalités de la région ou de collaborateurs réguliers à l'émission. Cette semaine, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, confie sa passion pour les pièces de monnaie anciennes.

Certains partent en vacances avec un bon polar, un appareil photo ou des bottes de marche. Le maire Pedneaud-Jobin n’oublie pas quant à lui d’amener… son détecteur de métal. Ne soyez pas surpris de le voir arpenter la plage à la recherche d’une précieuse trouvaille – plutôt rare, convient-il.

La recherche de trésor, c'est comme une obsession.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Pour assouvir sa passion, il est allé jusqu’à cribler de trous le terrain à Verchères de son beau-père, l’ex-premier ministre du Québec Bernard Landry, pour récolter... de vieux clous.

Également adepte de plongée, le maire Pedneaud-Jobin se rappelle avoir découvert un tapis de balles de golf au fond d’un lac en Outaouais. Probablement quelqu’un qui s’exerçait… vers l’eau!, avance-t-il. Qu’importe la découverte. La quête, le chemin est plus intéressant que la destination.

Un vrai trésor

Maxime Pedneaud-Jobin a tout de même trouvé il y a quelques années un véritable petit trésor : un louis Napoléon de 1865, chez des amis en France – leur ancêtre était un des financiers de Napoléon. La pièce était en mauvais état, certes, mais elle a fait le bonheur des tout-petits. Les enfants étaient excités. Je dramatise toujours un peu! [Je disais] ça vaut une fortune, on va être riches, se souvient le maire.

Les pièces, dont deux sont protégées dans du carton, sont alignées sur la table.
Trois pièces de monnaie précieusement conservées par Maxime Pedneaud-Jobin, dont le louis Napoléon de 1895 (à gauche). Photo : Radio-Canada

Un rêve de collectionneur

C’est en fait la rareté d’une pièce de monnaie qui en fait la valeur­. Son rêve? Trouver LA pièce d’un cent de 1930 ou de 1931 avec un point à côté de la date. Une erreur de fabrication qui vaut son pesant d’or. En fait, qui vaut 4 millions de dollars!

D’ailleurs, depuis le retrait des pièces d’un cent – dont il fait la collection – Maxime Pedneaud-Jobin aime en classer des sacs entiers durant ses vacances (il en a acheté pour l’équivalent de 300 $). Je cherche celles qui ont de la valeur ou les plus belles. C'est un peu comme faire un casse-tête, mais en se disant qu'on peut trouver un trésor, décrit le maire, une façon pour lui de se vider la tête.

Chargement en cours