Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du lundi 13 mai 2019

Les parents et les enfants ont des responsabilités lors des repas

Publié le

Une mère cuisine avec ses deux filles
Le partage des responsabilité des repas   Photo : © iStockphoto / szeyuen

Qu'est-ce que le partage des responsabilités à l'heure des repas? Pour éviter les chicanes et les négociations autour de la table, il est important de bien définir les responsabilités de chacun.

Pour en apprendre davantage, Marie-Lou St-Onge a discuté avec Nancy Murray, spécialiste en techniques d'éducation à l'enfance, et Catherine Plaziac, diététiste — toutes deux professeures au Cégep de l'Outaouais.

Ça s'appelle le partage des responsabilités [quand] on partage les responsabilités entre le parent et l'enfant. C'est une approche qui se définie par cinq termes : le quoi, le quand, le où, le comment et le combien , a expliqué Mm Murray.

  • Quoi? fait référence aux aliments servis. C’est le parent qui décide du menu.
  • Quand? renvoie à la responsabilité des parents de déterminer l’horaire des repas et des collations — idéalement, toujours à la même heure et avec tous les membres de la famille.
  • Où? signifie que c’est le parent qui décide de l’endroit où se prend le repas. Il faut favoriser la table à manger, même si l'on peut faire quelques exceptions pour un pique-nique dans le salon ou encore un déjeuner au lit.
  • Comment? se traduit par la responsabilité du parent de créer une bonne ambiance aux repas, propice à la communication.

S'il y a une télévision qui joue, la communication ne sera malheureusement peut-être pas là avec l'enfant, selon les expertes. Il faut garder l'heure du repas propice aux échanges.

On évite la télévision, on évite les tablettes et on laisse le téléphone cellulaire de côté.

Nancy Murray, professeure en éducation à l'enfance
Une mère tente de faire manger son enfant âgé de 3 ou 4 ans.
Un enfant refuse de manger. Photo : iStock

Les enfants ont également une responsabilité

Un enfant qui n’a plus faim a différentes façons de vous le manifester. Il peut manger moins vite, il peut démontrer un désintérêt pour la nourriture devant lui ou simplement souhaiter se lever de table.

Jusqu’à l’âge de 3 ou 4 ans, les enfants sont naturellement à l’écoute de leurs signaux de faim et de satiété. Quand l’enfant nous montre les signaux qu’il n’a plus faim, on ne doit pas insister.


Il y a tellement de facteurs qui peuvent expliquer qu'un enfant peut avoir très faim une journée et une autre journée pas du tout. Par exemple, est-ce qu'il est en période de croissance? Est-ce qu'il a fait beaucoup de sport et a beaucoup bougé? Est-ce qu'il est malade? Est-ce qu'il est en milieu de garde ou à l'école? explique Mme Plaziac.

L'enfant, il est vraiment responsable de la quantité [...] c'est le meilleur connaisseur de sa faim et il faut lui faire confiance.

Catherine Plaziac, diététiste-nutritionniste

Pour ces raisons, il faut faire confiance à l’enfant pour décider de la quantité de nourriture qu'il doit consommer. Lui seul la connaît véritablement et l’adulte peut l’aider en lui permettant de respecter sa faim plutôt que de dicter les quantités qu'il doit manger.

Chargement en cours