Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du jeudi 18 avril 2019

Le gouvernement du Québec change les règles pour l'école à la maison

Publié le

Une mère fait l'école à la maison à ses enfants.
Une mère fait l'école à la maison à ses enfants.   Photo : iStock

Au Québec, on estime à près de cinq mille le nombre d'enfants pratique l'école à la maison au lieu de fréquenter une salle de classe conventionnelle.

Le gouvernement du Québec veut imposer de nouvelles règles pour encadrer l'apprentissage à la maison. Par exemple, l’obligation de passer les examens du ministère.

C'est sûr que ça prend des examens normalisés ou officiels et qui proviennent du ministère de l'Éducation.

Égide Royer, Spécialiste de la réussite scolaire

Les parents ne sont pas d'accord avec cette réforme et ils se mobilisent partout au Québec.

En Outaouais, des parents ont fait part de leur mécontentement au bureau du député de Chapleau, Mathieu Lévesque.

Pour analyser la situation, Jean-François Chevrier a discuté avec Égide Royer, Spécialiste de la réussite scolaire et Professeur à l’Université Laval.

Mais d'abord, pourquoi choisir l'option d'apprendre à la maison?

Il y a plusieurs types d'écoles à la maison et plusieurs motifs. Les parents peuvent être plus ou moins satisfaits de la qualité du service offert, ou par question de valeur décident de l'offrir eux-mêmes. Mais, il y a aussi des parents qui partent en voilier faire le tour du monde et qui offrent aussi une forme d'enseignement explique Égide Royer.

Feuille de préparation d'examen avec un crayon, un gomme à effacer et un taille-crayon.
Les examens de reprise du ministère de l'Éducation du Québec auront lieu la semaine prochaine. Photo : Radio-Canada

Je comprends que des parents peuvent avoir des doutes sur l'efficacité [du système scolaire].

Égide Royer, Spécialiste de la réussite scolaire

Égide Royer rappelle que présentement au Québec, il y a près de 200 000 jeunes qui sont considérés en difficulté, et le taux de diplomation de ces jeunes est de 35%. D'après lui, il est urgent de repenser les services offerts aux jeunes au Québec.

Le projet de règlement déposé par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, prévoit d'imposer un contenu minimal d’apprentissage plus strict sur l’enseignement à domicile.

On souhaite également que les enfants réussissent des épreuves ministérielles pour obtenir leur diplôme.

Les parents devront fournir au ministère des plans d’apprentissage et des évaluations de leurs enfants, en plus d’offrir des « activités variées et stimulantes ».

Un jeune garçon fait ses devoirs sur la table de la maison familiale
De nouvelles règles encadrent l'école à la maison au Québec depuis septembre 2018. Photo : Radio-Canada

Le gouvernement s’octroie le droit de retirer le droit à l’éducation à domicile aux enfants qui sont en échec scolaire.

Pour ce qui est des parents, ils dénoncent ces exigences supplémentaires, sans aide financière ou autre en retour. Ils affirment également qu'il y a un manque de flexibilité pour les enfants avec des troubles d’apprentissage ou de comportement.

Chargement en cours