Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du lundi 15 octobre 2018

Les jeunes sportifs sont davantage à risque de subir une commotion cérébrale

Publié le

Une jeune joueuse de soccer tient un sac de glace sur sa tête, tandis qu'une médecin lui pose des questions. La mère de la jeune fille se trouve en arrière-champ.
Une jeune joueuse de soccer suit un protocole de commotion cérébrale.   Photo : iStock

Le nombre de commotions cérébrales ne cesse d'augmenter depuis 2014. La situation se fait également sentir chez les jeunes sportifs de 5 à 19 ans .

Ce constat est d’autant plus troublant puisque c’est à cet âge que le cerveau est en plein développement. Il est également plus fragile que celui d’un adulte.

Dre Véronique Savoie nous éclaire sur les manifestations cliniques des commotions cérébrales ainsi que sur les conséquences médicales à court et à long terme des personnes affectées par ce trouble.

La majorité des cas [de commotion cérébrale] c'est des accidents de la route. On pense que c'est le sport, mais non, c'est les accidents de la route.

Dre Véronique Savoie

Est-ce que vous savez exactement qu’est-ce qu’une commotion cérébrale? Et surtout, quels sont les symptômes de la personne qui en souffre?

Notre chroniqueuse affirme entre autres qu’une confusion inhabituelle ou une vision double peuvent être des signes inquiétants de commotion cérébrale. Aussi, il n’est pas nécessaire d’obtenir une imagerie cérébrale pour la majorité des commotions cérébrales légères.

Une femme parle au micro dans un studio.
La Dre Véronique Savoie, urgentologue Photo : Radio-Canada/Michel Aspirot

Dre Véronique Savoie décrit l’impact des commotions cérébrales sévères ou multiples sur le développement et le fonctionnement du cerveau. Elle rappelle que le retour au travail ( ou au jeu) doit se faire en suivant certaines étapes et de façon très graduelle.

« Le traitement est le repos de 2 à 5 jours. Aucune activité intellectuelle, ça veut dire pas d'écran d'ordinateur, pas de lecture, il faut reposer le cerveau » souligne Véronique Savoie.

Chargement en cours