•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur le vif

Avec Marie-Lou St-Onge

En semaine de 15 h à 18 h

L’arc-en-ciel d’émotions de la pandémie

Rattrapage du jeudi 28 mai 2020
Un arc-en-ciel apparaît dans un ciel orageux, près d'une route et d'un panneau de signalisation.

Un arc-en-ciel, près de Terrebonne, le 3 mai 2020

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

On a d'abord observé la Chine. On a vu le virus se propager. On a vu les malades se multiplier. On a vu les morgues déborder. On était loin. On était loin de se douter que cette réalité serait la nôtre. On a cru qu'on allait s'en tirer. On a déchanté.

On a confiné. On a rangé nos vies. On a limité nos libertés. On a changé. On est resté encabané.

On est resté, encabané.

Et depuis, on s’adapte. On fait du télétravail. On essaye de faire du télétravail. On s’occupe des enfants. On s’occupe.

On se questionne: de quoi a-t-on réellement besoin? Comment on va réorganiser nos espaces? Est-ce qu'on fait réellement ce qu’on aime dans la vie? On se questionne. On se remet en question. On réfléchit.

On prend soin de soi. On se donne les moyens d’être bien. On savoure notre café le matin. On cuisine, on jardine.

On fait attention aux autres. On appelle nos proches, on se fait des 5-7 virtuels. On se demande réellement comment ça va?

On prend conscience. Conscience de ce qui est réellement important. On réalise aussi ce qui cloche.

On constate. On constate qu’on a pris des mauvaises décisions. On voit maintenant à quel point ces mauvais choix ont eu d’énormes conséquences.

On regarde nos aînés. On regarde les nouvelles. On se désole. On se demande comment on peut aider. On se demande si on veut aider.

On remercie ceux qui le font. On leur donne des surnoms, ils deviennent nos anges gardiens.

On bonifie des salaires de ceux qui sont VRAIMENT essentiels. On s’en aperçoit là! On se croise les doigts. On essaye de croire que TOUT VA BIEN ALLER.

On lit les histoires de gens qui ne se relèveront pas. On connaît des gens qui perdent leur emploi. On souhaite que les banques alimentaires ne soient pas si populaire. On se trompe. On donne. On encourage.

On prend des risques. On se réinvente. On tente de trouver notre place dans ce nouveau monde. On est créatifs. On a le temps.

On crée. On sort des sentiers battus. On bat des records. On innove. On progresse. On fait des pas de géants. On est déstabilisé. On trouve des solutions.

On se dit qu’on aurait dû y penser et agir tellement plus tôt. On se console en se disant que certains de ces changements, de ces innovations, guideront nos prochains pas.
On avance. On apprend. On perd. On gagne. On change. On s’améliore. On évolue. Mais surtout on espère être dans la bonne direction, cette fois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi