•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur le vif

Avec Marie-Lou St-Onge

En semaine de 15 h à 18 h

Après les médailles, viennent la pression et les attentes

Elles pédalent en formation.

L'équipe canadienne de poursuite féminine en cyclisme sur piste

Photo : @Equipe_Canada/Twitter

Pour n'importe quel athlète amateur, remporter des médailles sur la scène internationale est l'apothéose d'une carrière. Mais, après avoir réussi, le plus difficile est de demeurer au sommet.

Texte de Guillaume Charbonneau

Agée de seulement 24 ans, la cycliste Ariane Bonhomme voyage partout dans le monde avec l'équipe canadienne de poursuite en cyclisme sur piste.

Lors de la saison 2018-2019, l'équipe canadienne a littéralement explosé. Les représentantes du Canada ont réussi plusieurs podiums sur la scène internationale et rapporté plusieurs médailles au pays.

Même si l’équipe connaît tout ce succès, Ariane Bonhomme affirme que les Canadiennes ne doivent pas ralentir la cadence. C'est un sport qui est vraiment nouveau au niveau féminin. Ça progresse tellement rapidement avec les nouvelles technologies et les différentes techniques d'entraînement. Tu ne peux jamais t'asseoir sur tes lauriers, même si tu rencontres du succès.

Les Canadiennes semblent avoir utilisé ces résultats comme source de motivation pour cette année.

Ariane et ses coéquipières ont commencé la saison avec une médaille d'or aux Championnats panaméricains en Bolivie. Ensuite, elles ont obtenu le bronze en Australie et en Nouvelle-Zélande sur le circuit de la Coupe du monde.

Mais, qu'est-ce qui explique tout ce succès? On a eu besoin de faire un changement d'entraîneur pour la dernière année avant les Jeux [olympiques]. Je pense que ça été vraiment une bonne décision de la part de cyclisme Canada explique Ariane Bonhomme.

Cinq cyclistes avec une médaille de bronze sur un podium

La Gatinoise Ariane Bonhomme (au centre) avec ses coéquipières sur le podium en Australie

Photo : Guy Swarbrick

Les Canadiennes viennent tout juste de participer aux Championnats du monde de cyclisme sur piste à Berlin, en Allemagne.

Ariane Bonhomme avoue même que les Championnats du monde de cyclisme sur piste étaient peut-être plus importants pour son équipe que les Jeux olympiques.

Vu qu'on n’a pas de podium aux Championnats du monde depuis les derniers Jeux olympiques, je pense que notre priorité principale en ce moment c'est de faire un podium et remporter les championnats du monde [...] mais une médaille d'or olympique est toujours notre but principal, affirme-t-elle avec un sourire dans la voix.

Par contre, l’équipe canadienne a terminé en quatrième position et s’est inclinée devant l’Allemagne lors de la course pour l’obtention de la médaille de bronze. Malheureusement, Ariane n’a pas participé à la course et agissait en tant que remplaçante.

Les Canadiennes espéraient décrocher une victoire à Berlin, pour arriver aux Jeux de Tokyo avec une confiance débordante et impeccable.

Par contre, la Gatinoise a quand même participé aux Championnats du monde, mais en solo. Elle a terminé en huitième position en marge de la poursuite individuelle et a réussi un chrono de 3 minutes 26 secondes, un record personnel.

Pas si mal pour une épreuve pour laquelle elle ne s’était pas beaucoup entraînée et préparée.

La cycliste est sur la piste en action.

Ariane Bonhomme

Photo : The Associated Press / Tertius Pickard

Après avoir connu beaucoup de succès, l’équipe doit maintenant composer avec beaucoup de pression et les attentes de performance qui se mettent de la partie. On s'attend toujours à monter sur le podium lors de chaque course.

Comment Ariane et l'équipe canadienne parviennent-elles à gérer cette pression et tout ce stress? On est bonne en tant qu'équipe pour gérer cette pression-là [...] la beauté avec la poursuite par équipe et le cyclisme sur piste, c'est que ça ne dérange pas ce que les autres équipes font. Parce que tu es seule sur la piste avec ton équipe et tes coéquipières. À la fin de la journée, si tu fais une ride parfaite et que tu sais qu'il n'y a aucune seconde que tu aurais pu aller chercher, tu ne peux pas être déçue, explique Ariane Bonhomme.

La Gatinoise se démarque aussi en cyclisme sur route, mais avoue qu’elle devra mettre cette discipline de côté pour le moment. Un choix difficile pour elle. L'objectif principal c'est la poursuite par équipe aux Jeux olympiques. Donc, je ne ferai pas de course sur route cet été, malheureusement. J'aime vraiment ça faire des courses sur route, mais l'entraînement c'est un peu différent [...] mais ça va définitivement revenir dans les années suivantes promet Ariane Bonhomme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi