Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du lundi 20 mai 2019

La nutrition et nos enfants : les mythes et les réalités

Publié le

Une fillette mange des légumes avec le sourire.
Une petite fille mange des légumes.   Photo : iStock

Quels sont les mythes et les réalités concernant la nutrition de nos enfants? Catherine Plaziac, diététiste-nutritionniste et coordonnatrice du programme Techniques de diététique du Cégep de l'Outaouais, et Nancy Murray, enseignante en techniques d'éducation à l'enfance du Cégep de l'Outaouais, nous en parlent en détail.

1) Sucre = tourbillon?

C’est un mythe, le sucre n’a pas un super pouvoir de rendre les enfants excités. C’est une croyance, rien de plus! C’est davantage les contextes dans lesquels sont offertes les sucreries qui ont cet effet.
Prenons l’exemple d’une fête d’enfants où chacun est invité à se déguiser ou encore à participer à une chasse au trésor. Avant même d’avoir sorti le gâteau et les sucreries, les enfants monteront de l’agitation et auront de l’énergie à revendre! C’est normal, nous sommes dans une ambiance festive et le sucre n’y est pour rien!

Plusieurs situations, par exemple une visite chez les grands-parents, les vacances scolaires, un ami qui vient dormir à la maison, créent souvent chez l’enfant un tourbillon d’énergie.

Ex. : journée à l’extérieur, rassemblement avec les amis = enfants excités, qu’il y ait des sucreries ou non.
Ex. : on sort les déguisements = idem.

2) L'introduction précoce des aliments complémentaires aide bébé à faire ses nuits plus rapidement?

C’est un mythe, manger des aliments complémentaires (ex. : céréales pour bébé) n’aide pas le bébé à faire ses nuits plus rapidement. La durée du sommeil ne dépend pas de l’alimentation, mais plutôt du tempérament, de la maturité, de l’âge et même de l’environnement de l’enfant.

Voici ce qui détermine si un bébé est prêt à manger des aliments complémentaires :

  • L’âge : autour de 6 mois (entre 4-6 mois selon les professionnels de la santé), car les besoins en énergie et en nutriments sont plus grands. Bon moment pour introduire des aliments « solides » ou complémentaires.

Déconseillé avant 4 mois, car cela peut nuire à leur santé. Ils ne sont pas prêts (sur le plan physiologique), à manger d’autres aliments que le lait ou la préparation pour nourrissons parce que : production salive insuffisante, pas assez d’enzymes pour digérer les aliments consommés; reins ne peuvent pas tolérer de grandes quantités de protéines, système immunitaire encore immature (augmente leur risque de souffrir d’allergies alimentaires).

  • Le lait maternel ou la préparation pour nourrissons ne sont plus suffisants pour rassasier votre bébé.
  • Il se tient assis sans aide et est capable de se pencher vers l’avant.
  • Il est capable de porter des aliments ou des objets à sa bouche et essaie de mâcher.
  • Il soutient et contrôle sa tête pour la tourner et faire « non » de la tête.
  • Il est capable de repousser des objets dont il ne veut plus, ce qui démontre qu’il est capable de repousser une cuillère pour signifier qu’il n’a plus faim.
  • Il démontre de l’intérêt envers les aliments.

Qu’est-ce qu’on peut faire pour aider notre bébé à faire ses nuits? Vers 3-4 mois, quand l’enfant commence à faire la distinction jour/nuit.

  • Pour faciliter cette distinction : limiter les stimulations la nuit.
  • Évite d’ouvrir la lumière si on doit aller voir l’enfant.
  • Chuchoter pour lui parler, et on ne lui procure que les soins de base avant de le remettre confortablement dans son lit. Le peu de stimulation l’aidera à différencier la nuit du jour.
  • Durant la journée, le parent stimule, parle et échange avec son enfant à la lumière du jour et aux sons des bruits quotidiens.

3) Quels sont les meilleurs « aliments santé » pour les enfants?

C’est un mythe qu’il y a des aliments dits « santé ». Aucun aliment n’a le pouvoir de nous donner ou de nous garantir la santé. Il n’y a pas de bons ou de mauvais aliments. Ex. : épinards/brocoli, si votre enfant mangeait seulement ces aliments, cela ne serait pas bon pour sa santé.

Tous les aliments ont leur place dans une alimentation saine, c’est une question de quantité et de fréquence. L’alimentation, ce n’est jamais noir ou blanc, c’est une fusion de certains aliments que l’on mange régulièrement (nutritifs) avec d’autres moins souvent (peu ou pas nutritifs). Quand on fait cela, on sort de la zone grise où couleurs et plaisir sont valorisés!

4) Les fruits et légumes surgelés sont aussi nutritifs que les fruits et légumes frais?

Réalité. Parce qu'ils sont cueillis à pleine maturité et qu'il ne s'écoule que quelques heures entre leur récolte et leur transformation (cueillis, épluchés et lavés), les fruits et légumes surgelés conservent une bonne part de leur valeur nutritive et ils sont refroidis à -18 °C. De plus, on n'y ajoute ni sel ni agent de conservation.

Donc, ne pas se gêner pour en consommer davantage, surtout lorsque nous sommes pressés!

Chargement en cours