Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du mardi 7 mai 2019

Être un parent « pas pire », est-ce suffisant?

Publié le

Un bébé semble sentir sa doudou pour se réconforter.
Les inséparables   Photo : Getty Images / gradyreese

La société de performance dans laquelle nous vivons a aussi un impact sur le rôle des parents.

Marie-Lou St-Onge a discuté de cette réalité de notre société, avec la psychologue Nadia Gagnier.

Notre génération de parents est moins tolérante à l'incertitude, aux situations où nous devons apprendre un rôle sur le tas, comme celui de parent souligne t-elle.

Ce qui est ironique, c'est que nos connaissances augmentent, mais le temps passé avec les enfants lui diminue. Donc beaucoup de théories, mais peu de temps pour mettre ces bons conseils à l'oeuvre.

Un des impacts de ce phénomène est une atteinte au sentiment de compétence parentale. Des parents se sentent dépassés et incapables de tout faire correctement. Cela dit, selon Dre Nadia Gagnier, les parents doivent prendre connaissance de quatre grands points.

  • Lors de la naissance d'un enfant, le rôle de parent vient au monde en même temps.
  • On doit faire confiance à son propre jugement et à la capacité d'apprendre de ses erreurs.
  • Il faut cesser de se comparer aux autres et d'avoir peur d'être jugé.
  • Le parent doit constamment se remettre en question, car le rôle de parent évolue en même temps que l'enfant se développe.

Le véritable expert de l'enfant c'est son parent

Dre Nadia Gagnier, psychologue
Une mère et sa fille sont assises et discutent calmement.
Offrir du temps et de l'attention à son enfant Photo : Getty Images/shapecharge

Conciliation travail/famille

C'est une réalité pour de nombreux parents qui tentent de mieux équilibrer leur vie. Dre Nadia Gagnier propose plusieurs pistes.

Remettre en question la pratique de certains loisirs, notre horaire de travail, le partage des tâches dans le couple, la distance entre la maison et le lieu de travail ou encore de revoir la fréquence à laquelle on lave sa voiture.

C'est en maximisant notre temps passé avec nos enfants qu'on peut voir notre perception de compétence parentale s'améliore

Dre Nadia Gagnier

Dre Nadia Gagnier précise que les bénéfices sont grands lorsqu'on arrive à faire de la place dans l'agenda, pour l'enfant et pour le parent. Ça permet de passer du temps dans le plaisir et non toujours dans la discipline.

Le parent parfait

Si le parent parfait pouvait exister, ce serait malsain pour les enfants, Dre Nadia Gagnier rappelle que les enfants ont besoin d'un parent qui lui apprend aussi à gérer les échecs et les défis.

Comme parent il faut donc développer son humilité et accepter de montrer ses vulnérabilités aux enfants.

En conclusion, les enfants n'ont pas besoin d'un parent de parfait, mais de quelqu'un qui est aimant et qui fait de son mieux.

Chargement en cours